Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jean-louis sanchez

Poème Mignonne Jean-Louis Sanchez

Publié le par Evy

Poème  Mignonne Jean-Louis Sanchez
Petit poème érotico-comique dédié à ma sœur pour son anniversaire
Mignonne
 
Nous irons musarder le long de la belle Aude,
S'enivrer de parfums, voir son vert émeraude.
 
Et nous écouterons la musique du fleuve,
Ses notes sur la mousse qui chaque fois m'émeuvent....
 
Nous irons visiter le pont majestueux,
Qui impose sa force aux flots tumultueux.
 
Nous nous régalerons des ballets d'hirondelles,
Virevoltant dans l'air, d'un seul battement d'aile.
 
La famille col vert, avec ses canetons,
Entrera dans la danse avec jubilation…
 
Une fario mouchetée poindra de sa tanière,
Gobant avec ardeur les fragiles éphémères....
 
Monsieur le héron demeurera impassible,
Pour duper le poisson en restant immobile.
 
Maître martin pécheur et maître merle d'eau,
Complètent tous les deux ce très joli tableau.
 
Je te prendrai la main, je te ferai la cour,
J'inventerai des mots pour prouver mon amour.
 
Puis-je t'emmènerai au quai du Pouzadou,
En nous mirant dans l'onde, j'oserai un poutou !!!!
 
JL SANCHEZ
Partager cet article
Repost0

Article de presse Jean-Louis Sanchez

Publié le par Evy

 

Partager cet article
Repost0

Conférence de l'auteur Jean-Louis Sanchez samedi 30 avril ...

Publié le par Evy

 

Partager cet article
Repost0

PREMIERES MORILLES JL SANCHEZ AVRIL 2022

Publié le par Evy

 

PREMIERES MORILLES
Le printemps est venu, la nature s'éveille,
Dans les près alentours butinent des abeilles.
J'erre dans la forêt, tout le long d'un ruisseau.
J'entends chanter le vent, gazouiller les oiseaux.
J'aspire à pleins poumons, le fond de l'air est doux,
Au creux de la vallée résonne le coucou.
Je marche lentement, car mon âme est tranquille,
Des nuances de vert embrasent mes pupilles.
Dans la mousse ténue, des fragiles jonquilles,
Éclaboussent de leur or, de vieux pieds de myrtille…
Soudain je t'aperçois au milieu d'un talus.
Je t'avais tant rêvé que je n'y croyais plus !
Dans un tapis de fleurs, au milieu des corolles,
Pointent discrètement tes jolies alvéoles.
À quelques pas de là, formant une ribambelle,
J'aperçois nettement tes petites sœurs jumelles.
Que la nature est belle ! Qu'elle me met en joie !
Je ne puis aujourd'hui contenir mon émoi ……
 
JL SANCHEZ AVRIL 2022
Partager cet article
Repost0

" Au service du fisc " Jean-Louis Sanchez...

Publié le par Evy

" Au service du fisc " Jean-Louis Sanchez...

 

Il s'git d'un récit autobiographique où je retrace toute ma carrière, 38 ans et quatre mois passés au sein de la Direction Générale es Impôts.

Mon but est de faire la lumière sur un métier méconnu, tout en respectant les règles du secret professionnel. Bien entendu j'ai émaillé ce récit d'anecdotes croustillantes et je me suis autorisé quelques critiques ....

Réserver l'ouvrage en me faisant parvenir un chèque de 20 € à l'adresse suivante:

JEAN-LOUIS SANCHEZ

3 IMPASSE DES JARDINS

11260 CAMPAGNE/AUDE

 

 

Partager cet article
Repost1

Découvrir la littérature, Régionale, Terroir et Traditions, Fictions, Poésie.. Jean-Louis Sanchez

Publié le par Evy

Nos écrivains racontent des histoires qui se sont déroulées venez les découvrir...

Partager cet article
Repost0

" Romans Du Terroir " Jean - Louis Sanchez...

Publié le par Evy

" Romans Du Terroir "  Jean - Louis Sanchez...

Pour votre Valentine, pour votre Valentin,

Avec de belles fleurs, achetez un bouquin.

D’un roman historique, d’amour ou même noir,

 

Nouvelle ou poésie, conte issu du terroir,

Étonnez votre amour en lui offrant un livre.

La lecture et l’amour nous aident à mieux vivre.

 

" Romans Du Terroir "  Jean - Louis Sanchez...

 

 

Pour acquérir ses livres me contacter à l'adresse mail suivante: 

 jls.sanchez@wanadoo.fr ou au 06 71 90 34 09.

Choix aussi lien ci-dessous

https://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/jean-louis%20sanchez/

 

Partager cet article
Repost1

Rencontre automnale poème Jean-Louis Sanchez...

Publié le par Evy

Rencontre automnale poème  Jean-Louis Sanchez...

Rencontre automnale

 

Par un jour de grand froid en forêt de Ferrières,

Je vis venir d’un pré, dans un rai de lumière,

Un superbe cerf roux se dirigeant vers moi,

Qui relevait la tête et me montrait ses bois.

 

            ************                  

 

L’espace d’un instant, nous nous dévisageâmes.

Je scrutai son regard et il sonda mon âme.

Et quand enfin vaincu, je baissai mon fusil,

Il s’éloigna d’un bond sans me dire merci.

 

            ************

 

Je regardai partir cette bête si fière,

Au port altier et noble, aux allures princières,

Et ne pus m’empêcher de comparer nos vies.

Lui, l’être libre et fort, plein de grâce et d’envie,

 

            ************

 

Moi, l’agent de l’Etat, vassal de Sarkosy….


Fait le 23/11/2008

Pour acquérir ses livres me contacter à l'adresse mail suivante: 

 jls.sanchez@wanadoo.fr ou au 06 71 90 34 09.

Choix aussi lien ci-dessous

jean-louis sanchez - Auteurs Occitans & Catalans (over-blog.com)

Partager cet article
Repost0

Deuxième Ode à mon Chou ( à la manière de Jacques Prévert …) Jean-Louis Sanchez...

Publié le par Evy

 

 Deuxième Ode à mon Chou

( à la manière de Jacques Prévert …)

 

 

Écrire sur un chou ?

C'est une drôle d'idée !

Écrire sur un chou ?

Je n'y aurai pas pensé !

 

Écrire quand rien ne bouge,

Pour notre ami chou rouge.

Frôler la catastrophe,

Avec le Romanoff.

 

Écrire pour le meilleur,

Qu'est le gentil chou-fleur.

Écrire pour le pire,

Quand ça ne fait pas rire.

 

Décrire à tire d'aile,

Les p'tits choux de Bruxelles.

Décrire ce gros ventru,

Ce bon vieux chou capu.

 

Écrire sur un chou ?

Faut être désemparé !

Écrire sur un chou ?

Je suis éberlué !

 

Écrire sur un chou ?

Il faut être un peu fou !

 

Jean-Louis Sanchez

 

 

Envie de me lire (lien ci-dessous). laissez vos coordonnées par mail et votre adresse. En retour je vous donne la mienne pour le règlement ....+ frais d'envoi

jls.sanchez@wanadoo.fr

Des idées cadeaux pour les fêtes ou pour le plaisir 

Grand un Choix de livres de l'Auteur dédicacé lien ci-dessous

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/Jean-Louis%20Sanchez/

 

Partager cet article
Repost0

"la mort du blanquetaire" extrait du livre "La vallée du bonheur" Jean-Louis Sanchez

Publié le par Evy

Le péché de gourmandise

 

A André, grand maître de la confrérie du foie gras à Mazéres ancien adhérent des auteurs d'Occitanie et aujourd'hui disparu ….

 

Lorsqu’il se présenta aux portes du paradis, l’Augustou n’en menait pas large, d’autant qu’à quelques mètres de là crépitaient les flammes de l’enfer et qu’une forte odeur de roussi venait effleurer ses narines.

 

Saint Pierre l’attendait sur le perron du purgatoire et arborait un air avenant:

 

- Bonjour manhac (gentil garçon), as tu fait un bon voyage?

 

- Très bon seigneur, mais ....... vous parlez patois?

 

- Mais oui, pitchon notre religion rayonne sur toute la planète et je suis obligé de connaître toutes les langues de mes paroissiens. Je parle usuellement le Russe, les dialectes africains ou le Chinois ainsi que le basque, le breton et le catalan.

 

- C’est stupéfiant! Parlez vous également le Corse?

 

- Euh ..... le Corse ..... Là, vois tu,........ je ne peux pas te répondre car je suis soumis au secret professionnel! Mais, revenons à nos préoccupations, tu sais que je dois décider de ton avenir et nous devons passer en revue ton existence antérieure pour voir si tu mérites d’atteindre le paradis. As tu commis les sept péchés capitaux?

 

- Seigneur, je n’ai jamais tué personne, mis à part quelques perdigals (perdreaux) ou lapins forains et encore très peu car j’étais malaisit (maladroit) au fusil.

 

- As tu volé?

 

- Oh non, je n’ai jamais pris l’avion!

 

- As tu volé quelque chose?

 

- Jamais de ma vie, sauf, peut être, quelques figues ou cerises dans les vergers de mes voisins.

 

- Je vois, il s’agit de quelques larcins sans importance majeure. As tu souvent menti?

 

- Vous savez seigneur, mentir dans le midi c’est comme respirer, tout le monde ment du plus petit au plus âgé. Le mensonge nous est aussi nécessaire que l’EPO au coureur cycliste. Dire la vérité serait comme jouer aux cartes sans tricher, quelque chose d’inconcevable!

 

- Je le sais bien Auguste! J’ai à ce sujet de gros problèmes avec mes pensionnaires originaires du Sud de la Loire.

 

- Je me mets à votre place, mais vous ne pouvez pas nous envoyer tous griller en enfer pour ce simple motif, cela accroîtrait inexorablement votre stock de farine humaine en ces temps de vache folle.

 

- N’épiloguons pas, veux tu! Et le péché de chair, as tu commis ce terrible péché?

 

Visiblement mal à l’aise, l’âme d’Augustou ne put qu’avouer:

 

- Aie Seigneur! Celui là, je crois bien l’avoir commis souvent et ..... avec beaucoup de plaisir encore! Mais voyez vous, je pense avoir des circonstances atténuantes. En effet, comme vous devez le savoir, ma parcelle jouxtait celle de la Baptistine. Entre nos deux propriétés n’existait qu’un muret de pierres que j’avais assemblées unes à unes en son temps, avec, tout au bout un piboul (peuplier) qui procurait une ombre bienfaisante. Lorsque nous étions chacun au bout de la rangée de vigne, nous nous réfugions sous l’arbre où nous parlions et puis un jour, on avait rien à se dire alors ...... Je me dois de vous préciser que sans moi, la Baptistine, elle n’aurait pas eu deux beaux garçons, car son mari n’était guère prolifique. Grâce à moi, ils ont eu une famille comme tout le monde et le Mathurin explique à qui veut l’entendre, que ces enfants sont son portrait tout craché, donc....... je n’ai pas fait trop de mal.

 

- Et les autres? Parle moi un peu des autres.

 

- Les autres? Questionna à son tour le prévenu de plus en plus mal à l’aise.

 

- Oui, petit, les autres? Répondit Saint Pierre d’une voix douce et mielleuse.

 

Décidément son interlocuteur connaissait tout sur son passé et il allait falloir jouer serré pour éviter d’être damné.

 

- Voyez vous, Seigneur, là également ce n’était pas de ma faute. J’ai été pendant longtemps conseiller municipal et mes administrées me faisaient mander pour quelques problèmes d’extrêmes urgences et importances que je devais solutionner sur le champ. Et puis, j’ai toujours aimé rendre service...... C’est d’ailleurs dans ces occasions, que j’ai constaté que seules les voies du seigneur sont impénétrables!

 

- Ne blasphème pas malheureux, car cela n’arrange pas du tout ta situation! Parle moi plutôt du péché de gourmandise.

 

(A ce stade du récit nous nous devons de préciser que l’âme d’Augustou était plutôt du genre enveloppé. En effet, notre homme, durant son existence, dépassait allègrement le quintal et était réputé pour son goût de la bonne chère. Or - peu d’études ont été effectuées sur ce point nous nous devons d’en convenir- lorsque l’âme quitte son enveloppe charnelle, elle en conserve néanmoins son apparence d’origine.)

 

Cette question n’arrangeait visiblement pas l’ami Auguste qui essaya de biaiser en répondant:

 

- Oh! Vous savez le plus souvent je me contentais d’un petit mossèc (morceau).

 

- Parle moi donc du dernier banquet de la pétanque?

 

- Je ne crois pas avoir commis le péché auquel vous faites allusion, car c’est Isidore, notre Président qui avait élaboré le menu et les recettes n’étaient point amphigouriques. En entrée, nous avions du foie gras d’oie. Une tranche épaisse et délicieuse de plus de trois centimètres parfumée à l’Armagnac. Ensuite nous avons eu droit à un assortiment de tripou et cambajou maisons bien entendu. Le jambon était comme je l’aime, lardé d’un gras bien rosé. Après s’être rincé la bouche avec une salade batavia, on nous a servi une poularde rôtie, dodue et dorée à point. A l’intérieur de la volaille, les cuisinières avaient mis une farce gradaillée (aillée) réussie à la perfection et tout autour quelques pommes de terre bien mijotées dans le jus. Enfin, elles nous ont servi une crème faite avec douze oeufs et parfumée à la cannelle qui était si bonne que je crois bien que j’en ai repris ....trois fois.

 

- Disons plutôt quatre! Conte moi donc ta passion pour les champignons?

 

- Je n’ai jamais aimé trop les ramasser vous savez, car, compte tenu de ma corpulence, me baisser me posait des problèmes! Mais, j’ai toujours eu grand plaisir à les cuisiner. Tenez par exemple, les couriolettes accompagnent toujours une sauce de veau, les morilles blondes se servent avec un peu de crème fraîche sur un tournedos bien saignant, quant au cèpe je le prépare farci avec un peu de cansalade (petit salé) fumée qui lui octroie un parfum du tonnerre de ....

 

L’âme laissa sa phrase en suspens afin de ne pas commettre une gaffe.

 

- Et le vin petit, il paraît que tu étais un amateur?

 

(A vrai dire, la chose était aisée à deviner, car le divin breuvage avait laissé, du temps de son vivant, de nombreux sillons écarlates sur la figure de notre ami.)

 

- Ah seigneur, j’ai adoré le sang du Christ! J’avais pour lui une passion incommensurable. Quelle que soit sa couleur, du blanc au rouge, il me donnait beaucoup d’ardeur pour mon travail et me régénérait après une intense séance de bigòs (pioche à deux pointes). Je dois quand même vous avouer que parfois, j’ai un peu abusé de carthagène ou de blanquette......

 

- C’est d’ailleurs pour cela que tu es devant moi aujourd’hui! Je me suis laissé dire que tu as pris un coup de sang après un repas trop arrosé. Vraiment, dit-il fronçant les sourcils et élevant la voix, ton cas me paraît très délicat et presque désespéré.

 

L’âme d’Augustou ne put alors s’empêcher de se mettre en colère:

 

- Mais enfin, Nòstre Senher, qui a mis sur cette terre les jolies filles, les poulardes et le bon vin? Si vous désiriez que nous menions une vie monacale, pourquoi nous soumettre sans cesse à la tentation? Nous eussions pu nous contenter de patates bouillies et de pissenlits arrosés d’onde claire..... Je crois sincèrement ne jamais avoir péché durant mon existence mais avoir été, en quelque sorte, en état de .... légitime défense.

 

Croyez le si vous voulez, mais Saint Pierre fut tellement interloqué qu’il en ouvrit tout grand les portes de son établissement.

 

Et c’est ainsi que ce grand mécréant d’Augustou regagna le paradis. Prouvant ainsi qu’en certaines circonstances, la justice divine, comme parfois son homologue humaine, n’est pas exempte de bavures, et que ... la gourmandise n’est pas un si vilain défaut!

 

 

Envie de le lire : à commander directement chez l'auteur (lien ci-dessous). laissez vos coordonnées par mail et votre adresse. En retour je vous donne la mienne pour le règlement ....+ frais d'envoi

jls.sanchez@wanadoo.fr

Idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir 

Grand un Choix de livres de l'Auteur dédicacé lien ci-dessous

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/Jean-Louis%20Sanchez/

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>