Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

110 résultats pour “Marie-pierre nadal

Extrait de From Hell (Pulsions II) en cours d’écriture de l'Auteur Marie-Pierre Nadal...

Publié le par Evy

 

Extrait de FROM HELL (Pulsions II) en cours d’écriture.
 

Nous connaissons tous la peur. Elle peut être un frein, un blocage soudain qui paralyse et fait perdre tout sens commun. Mais elle peut aussi être le stimulus déclencheur d’un courage insoupçonné.

On peut avoir peur de tout mais jamais de rien. Sous quelque forme qu’elle se présente, elle est souvent générée par l’inconnu, les actes malveillants ou encore les choses inexpliquées qui dépassent les limites de l’acceptable.

 

*****

 

Elle courrait, courrait si vite. 

Comme si son destin lui échappait sans qu’elle pût le rattraper, elle fonçait droit vers le dénouement funeste qui l’attendait au bout du chemin. Elle suffoquait. À bout de souffle, elle ralentit.

Quelqu’un la suivait. Une ombre sans la moindre mansuétude, sans une once d’état d’âme.  

Puis le bruit d’un sifflement ponctua l’impact d’une flèche qui la transperça entre ses omoplates. 

La course de la jeune femme fut stoppée net. Son corps s’effondra face contre terre. Dans un geste désespéré, elle tenta de récupérer son téléphone éjecté de la poche de son blouson. Elle tendit le bras, l’étira encore, ses doigts touchant l’appareil sans pouvoir le prendre. 

Épuisée et meurtrie, elle leva la tête, et ses yeux se posèrent sur des bottes qui se tenaient là, immobiles. 

L’homme récupéra son projectile encore planté dans le dos de la malheureuse, générant les hurlements de douleur de la jeune innocente qui suppliait, pleurait et demandait pourquoi. 

Retournée sur le dos comme une vulgaire crêpe que l’on roule, elle n’eut comme réponse que la lame acérée d’un couteau qui trancha son abdomen.

Idée cadeau pour les fêtes ou le plaisir

le 1er roman Pulsions dédicacé

Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
 
Cliquer sur le lien ci-dessous pour d'autre choix de lectures

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/Marie-pierre%20nadal/

 

Partager cet article
Repost0

Feuilleton " ROUGE OCEAN " Marie-Pierre Nadal

Publié le par Evy

Feuilleton " ROUGE OCEAN "  Marie-Pierre Nadal
ATTENTION LA SCÈNE RISQUE DE CHOQUER LES AMES SENSIBLES
ROUGE OCÉAN – Marie-P. NADAL
L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt auprès de Copyright-France.
Crédit photos : LH K-rine
 

 

EPISODE 8
 
Monsieur le professeur était dans la bibliothèque. L’heure n’était pourtant pas à la lecture et encore moins à la recherche d’un quelconque document.
Cependant, il était là, perché sur l’escabeau après l’avoir monté, descendu, remonté, redescendu, tel un exercice de remise en forme à l’espalier.
Quelqu’un l’avait suivi. Une silhouette se tenait derrière un rideau épais, à l’affût d’une proie déjà choisie. Une ombre malfaisante qui jubilait, préparant son attaque avec la précision et la patience du prédateur. Il arborait un sourire, clé d’une porte renfermant un esprit dérangé, le mal absolu et dénué de raison.
Il observait cet homme qui terminait sa vie. Cette impression de pouvoir qu’il détenait était jouissive. Ce droit de vie ou de mort dont seules les déités avaient la primauté le faisait tressaillir et bouillir d’impatience. Il frissonnait de toutes ses cellules.
Mais il fallait attendre encore. Le moment n’était pas le bon. La future victime était trop loin, trop haut.
Il s’approcha néanmoins. Le rideau lourd, d’un vert profond, s’étirait sur tout le pan de mur. Il était une aide précieuse pour son camouflage. Un complice inattendu qui le mènerait aux pieds de sa convoitise. Il s’y glissa donc et avança, dans un silence que même la mort s’en serait félicité.
Il stoppa. L’homme avait trouvé son trésor, et, heureux de ce fait, redescendait de son échelle, non sans cacher sa joie.
« Enfin te voilà ! » s’exclama-t-il, joyeux comme un damoiseau à sa première culbute.
Il paraissait jeune, mais ne l’était pas. Sa corpulence assez fine réjouissait le guetteur qui n’allait éprouver aucune difficulté à faire ce pour quoi il était là.
L’ombre néfaste tenait son arme serrée, dans une main pressée d’agir. Son souffle pernicieux devint plus court. L’excitation devint plus grande.
Le professeur fit courir l’échelle le long de sa glissière, la ramenant à son point de départ. L’homme était soigneux et délicat. Il prit le livre et se dirigea vers un bureau dans un coin de la pièce, afin d’y signer l’enregistrement de son emprunt. Il inséra sa carte dans le boîtier électronique dédié à cet effet et, tout fier de sa trouvaille, ouvrit l’ouvrage pour y jeter un œil, toujours debout devant le bureau.
Le sinistre individu sortit de sa cachette, lentement. Pas à pas, sans un bruit, il s’approcha, s’approcha doucement et se posta juste derrière sa future victime. Il se tenait à présent à bout portant, à bout touchant, se délectant du moment. Il ne put contenir son excitation qui atteignit son paroxysme. Elle était devenue ivresse.
Concentré sur sa lecture, le professeur n’avait aucune idée de ce qui allait s’abattre sur lui.
Le bras meurtrier se leva comme une sentence. Le coupable serra encore plus son arme pesante et asséna un premier coup sur la nuque de l’innocent.
Ce dernier tomba sur le parquet ciré, mais n’était qu’assommé. L’individu s’acharna alors sur la tête bien remplie de connaissances. Il frappa, frappa jusqu’à la vider de sa matière. Le crâne éclata littéralement, formant une masse informe, savant mélange de cervelle et d’os.
Sa pulsion soulagée, l’esprit rageur se redressa et recula légèrement, admirant son œuvre comme le ferait un sculpteur de renom.
Et comme tout artiste, il nettoya l’endroit de sa création. Il débarrassa la scène de tout ce qui pourrait le trahir, frotta son arme pour lui ôter toute empreinte et la posa bien en vue près du corps, en guise de signature.
Vérifiant une dernière fois que le hasard n’allait pas lui causer d’ennuis, il scruta la pièce entière.
Devant l’entrée, il se retourna pour un ultime coup d’œil.
« Rien. Ils ne trouveront rien », pensa-t-il.
Son sourire s’accrocha à nouveau entre ses oreilles. Il était satisfait.
Il ouvrit la porte, s’assura si personne n’approchait et sortit en la refermant sur l’ineffable horreur.
 
 
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
Feuilleton " ROUGE OCEAN "  Marie-Pierre Nadal
Partager cet article
Repost0

MORCEAU DE ELEANOR Marie-P. Nadal

Publié le par Evy

MORCEAU DE ELEANOR Marie-P. Nadal
Après un court repos pour elle durant l'écriture de deux nouvelles,
Eleanor revient vous hanter....Ma belle Eleanor. Sa beauté n'a d'égale
que sa rancœur....
Le début du second chapitre....en vous souhaitant une ...belle soirée...
"Les médias l’avaient surnommé « L’ombre » parce qu’il n’exerçait
que la nuit. Personne n’avait jusqu’ici été témoin de ses méfaits.
Et si un malchanceux avait eu la fâcheuse opportunité de le surprendre,
il n’aurait pu le décrire, par manque de souffle, sa vie s’étant brutalement
écourtée.
Il était en forme ce soir. Son choix s’était porté sur la rive énigmatique du
Loch Ness.
Fort Augustus, merveilleuse petite ville à la pointe du lac. Réputée
pour son calme et la bonne humeur de ses habitants, elle allait, dans un court laps de temps, se teinter d’un rouge sang.
Quelques bars encore ouverts à cette heure tardive commençaient à fermer
leurs portes. L’ombre avait repéré une femme seule, passablement éméchée,
avec laquelle il n’aurait aucune difficulté.
Il n’est pas rare de voir des femmes seules siroter un ballon de vin blanc,
accoudées au comptoir d’un bar ou assises à une table.
Contrairement à la fausse pudeur française, aucun jugement n’est porté
sur elles, bien au contraire. C’est une preuve de savoir-vivre et de sociabilité.
Caché derrière le coin d’une fenêtre à petits carreaux cernés de bois,
il épiait une belle brune d’un âge mûr.
La pluie fine et glacée ayant fait son retour, peu de passants se prêtaient
à la promenade nocturne. Personne pour se questionner sur la présence douteuse de cet homme à l’affut devant cette fenêtre.
Il souriait à la pensée de ce qu’il s’apprêtait à faire. Aucune raison ne le forçait à agir, si ce n’était la perte manifeste de la sienne.
Il ne visait que les femmes, beaucoup plus faciles à maîtriser. Il en choisissait
une au hasard, la suivait, étudiait ses déplacements, allant jusqu’à son
domicile pour vérifier si elle vivait seule ou pas.
Selon quoi, il continuait à la suivre durant quelques jours.
Il prenait son temps comme on savoure des instants heureux. Puis, lors d’une nuit ou d’une soirée bien avancée, il frappait.
Il avait déjà exercé son art à huit reprises, sans avoir été inquiété le moins
du monde, s’évanouissant tel un brouillard, après ses sinistres agissements.
L’élue du moment sortit de l’établissement et parcourut quelques mètres d’un pas incertain. L’ombre la suivait à bonne distance.
Elle demeurait à quelques pâtés de maisons, il le savait bien.
Arrivée devant son domicile, elle ouvrit le portillon sur un charmant jardinet
recouvert d’une fine couche de voile blanc que le gel avait sculpté.
Le portillon grinça. Elle était presque arrivée à sa porte.
L’ombre ne put attendre qu’elle soit à l’abri, même improbable, de son foyer.
Il fondit sur elle, lui assénant un grand coup de pierre ramassée à ses pieds,
et la récupéra dans ses bras, inconsciente.
Il ouvrit la porte, traîna le corps encore vivant à l’intérieur et la referma sur
la nouvelle horreur qui allait se commettre.
L’homme se sentait si puissant, libre d’agir comme il le souhaitait,
sans personne pour le déranger.
Il ignorait pourtant que quelqu’un le cherchait, il ignorait que quelqu’un
savait qui il était. Ce quelqu’un qui allait lui faire connaître sa propre vision
de l’enfer."
 
 
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0

" Rouge Océan Feuilleton " Marie-Pierre Nadal

Publié le par Evy

Chers amis,

Je vous donne rendez-vous, tous les vendredis, pour un

feuilleton sur le groupe FaceBook « 66 infos libres » :

ROUGE OCEAN

J’y dévoile un récit de mon cru, quasiment en direct. 3600 signes hebdomadaires pour vous faire frissonner et rêver devant le paysage océanique illustrant une croisière pas comme les autres, à la pointe du triangle des Bermudes.

Des meurtres vont être perpétrés, sans mobile apparent,

sans aucun lien, et surtout, sans la moindre mansuétude.

Accompagnez-moi dans ce voyage si singulier, que vous

n’en reviendrez pas !

Frissons garantis.

(Retrouvez-moi également sur ma page FaceBook dédiée à

l’écriture : https://www.facebook.com/mpnadal/

ou Marie-P. NADAL-Auteure)

 

7 ème épisode, pour l'apéro !
 
(vivez le prochain, dans la peau du tueur)
ROUGE OCEAN – Marie-P. NADAL
 
L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt 
auprès de Copyright-France.
Crédit photos : LH K-rine
 
 
Episode 7
 
Le commandant était en compagnie du médecin, 
abasourdi par le nouveau décès.
— Pour mon premier voyage, ça commence fort ! dit ce dernier en manipulant son client. Vous ne m’aviez pas dit que vous organisiez des jeux de rôles !
— Vous m’en voyez désolé, Docteur, ceci est bien loin de m’amuser.
— Il n’y a pas grand-chose à dire, mais je peux vous certifier qu’il est mort sur le coup. On a bien visé, en plein cœur. Vous le connaissiez ?
— Pas du tout, j’ignore ce qu’il faisait ici, d’ailleurs. 
Tout le monde ne connaît pas l’emplacement de mon bureau.
— Il venait peut-être vous voir parce qu’il connaissait le premier mort, et peut-être même son assassin !
— Vous concluez bien vite, Docteur.
Le médecin continuait à examiner le corps :
— Moui, j’aime les romans policiers.
— Faudrait réduire la cadence de vos lectures.
 Ça risque de vous donner des idées !
La porte s’ouvrit pour laisser entrer le duo de charme.
— Stoppez les machines, prenez votre doudou ! 
Tout est bon, la cavalerie est là !
Les deux hommes regardaient les nouveaux arrivants 
comme deux mauvaises farces.
— Un peu de retenue, lieutenant, s’il vous plaît ! dit le commandant. Halona avait du mal à s’empêcher de rire.
— C’était pour alléger l’ambiance Roy, rétorqua le jeune homme. 
OK ! Alors ? Docteur, je présume ? 
Ne touchez pas le couteau, il y a peut-être des empreintes, 
s’écria-t-il soudain.
— Trop tard ! dit ce dernier. Je l’ai posé sur le bureau.
— Vous vous êtes croisés tout à l’heure, intervint le commandant, mais laissez-moi vous présenter le Docteur Pascal Fournier, 
notre médecin de bord,.Scott s’avança, main tendue.
— Enchanté Doc ! Un Frenchy ! Sympa, j’adore la France. 
Je suis le lieutenant Cameron, mais appelez-moi Scott.
— Très heureux, répondit l’homme de science, lui serrant la main.
Le lieutenant prit un mouchoir en papier dans le distributeur
 posé au coin du bureau et recouvrit l’arme pointue.
— Vous auriez du chocolat en poudre ? lança-t-il, ou de la farine ?
— Ce n’est pas le moment de faire de la pâtisserie ! s’étonna le chef de bord.
— C’est pour relever les empreintes, commandant. répondit l’officier de police.
 Si j’en trouve, je pourrais les comparer aux proches de sa table, je sais bien qu’on est un peu nombreux, mais on sait jamais.
— On doit avoir ça en cuisine, j’irai t’en chercher, rétorqua Halona, sous les yeux emplis de questions du médecin et de son patron.
— Bien ! Les politesses faites, nous pouvons peut-être commencer, continua la belle indienne. Commandant, voici la liste des passagers, avec leur profession, numéro de cabine et place à table. Ça peut être un début.
— Parfait ! s’écria celui-ci.
— Je peux déjà vous dire que le premier mort s’appelait Samuel Sheppard, 
il était colonel de la Navy à la retraite.
— Un militaire ? s’étonna Scott. Même s’il n’était pas jeune,
 il en faut, pour l’abattre. Ce mec devait savoir se défendre, non ?
— Pris par surprise, vu son âge, à première vue, 
je répondrais par la négative, ou du moins, par l’incertitude, rétorqua le médecin.
Le commandant examina la liste détaillée des passagers et lança :
— La nuit nous portera conseil. 
A chaque jour suffit sa peine, nous verrons plus clair demain. 
Nous rechercherons l’identité de ce pauvre bougre. 
Doc, faites enlever le corps, et par les mêmes personnels que pour le premier,
 voulez-vous ? Insistez bien sur leur discrétion. Merci à vous Halona.
— C’est évident, commandant ! termina ce dernier.
— Bon, ben, nous, on va se plumarder, dit Scott, à l’adresse de son accompagnante.
Puis se tournant vers les deux hommes :
— Bonne nuit les gars ! Faites de beaux rêves !
Le duo fit volte-face et regagna le couloir.
Le médecin regarda le chef de bord, soucieux.
— Je n’ai pas tout saisi et je m’interroge quant à la santé mentale de cet homme, souffla-t-il.
— Je comprends bien que pour un français, son parler peut être rébarbatif,
 je traduirai si nécessaire. Ne vous inquiétez pas Docteur, 
ne vous fiez surtout pas à sa désinvolture. 
Je crois qu’il peut être un atout dont on ne pourrait se passer. Je ne le connais pas plus que ça, mais je fais confiance à mon jugement.
— Très bien, je vous suis. Et… Se plumarder, alors ?
Les deux jeunes gens se dirigeaient vers le pont principal.
— Il n’est qu’une heure, c’est pas si tard, on va boire un verre ?
 proposa le jeune homme.
— Je croyais que tu voulais aller te coucher, se moqua l’espiègle, affichant un sourire entendu.
Scott, bien que rabelaisien en paroles, fut surpris
devant l’aplomb et la répartie de l’indienne. 
Son visage rosit légèrement.
La jeune femme sourit de plus belle, et, 
approchant sa bouche pulpeuse de l’oreille policière, elle murmura :
— À demain, beau blond !
Puis elle le laissa là, planté comme un oignon, 
après avoir tourné violemment la tête, 
projetant sa chevelure noire sur le visage poupin du lieutenant.
 
 
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
" Rouge Océan Feuilleton "  Marie-Pierre Nadal
Partager cet article
Repost0

Idée cadeaux pour les fêtes de fin d'année, un anniversaire,ou simplement pour le plaisir d'offrir

Publié le par Evy

Idée cadeaux pour les fêtes de fin d'année, un anniversaire,ou simplement pour le plaisir d'offrir

Pour les fêtes de fin d'année, un anniversaire, ou bien simplement le plaisir d'offrir...

Découvrez notre sélection de livres :

                                             : Littérature régionale, Patrimoine

                                             : Auteurs de Fictions

                                             : Auteur de théâtre

                                             : Romanciers, Poètes

                                             : Histoire, Jeunesse

A mettre au pied du sapin.

Pour les soirées au coin du feu

Personnalisé, dédicacé...

Cliquez sur les liens en rouge des Auteurs pour découvrir leurs livres

L'Auteur Robert Mondange :

 http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/Robert%20Mondange/

L'Auteur Bernard Cazeaux:

 http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/bernard%20cazeaux/

L'Auteure Sylvette Faisantier:

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/sylvette%20faisantier/

L'Auteur Jean-Louis Sanchez

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/jean-louis%20sanchez/

L'Auteure Sylvies Alibert Sorgesa

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/sylvie%20alibert-sorgesa/

Catherine Barcelonne

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/catherine%20barcelonne/

Cathou Quivy

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/cathou%20quivy/

Gerard Baylet

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/cathou%20quivy/

Marie-Paule Nadal

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/marie-paule%20nadal/

André Pages

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/andre%20pages/

Association Plumes de Mémoire

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/association%20plumes%20de%20memoire/

Elisabeth Valéry

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/elisabeth%20valery/

Isabelle Shahmiriam

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/isabelle%20shahmirian/

Jean-Paule Alandry

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/isabelle%20shahmirian/

Marie Ade

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/marie%20ade/

Marie-Andrée Ballastre

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/marie%20ade/

Patrice Salerno

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/patrice%20salerno/

Pierre Giner Kouzmin

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/pierre%20giner%20kouzmin/

Tatiana Kletzky Pradere

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/tatiana%20kletzky%20paradere

Evelyne Genique

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/evelyne%20genique/

Thérèse Cau

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/th%C3%A9r%C3%A8se%20Cau/

Brigitte Farines

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/Brigitte%20Farines/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost1

Marie P. Nadal...

Publié le par Evy

 Marie P. Nadal...
L'écriture me donne la force de relever le genou jusqu'ici à terre.
Il y a un mois, je commençais la réécriture de PULSIONS, promis à un nouvel avenir grâce aux éditions ENCRE ROUGE. Il y a un mois, je tombais avec mon frère.
Aujourd'hui, ça suffit. Je reprends les rênes de ma vie, et les lignes de mon livre.
Je le veux meilleur, je le veux plus puissant. La rage qui est encore en moi, m'a inspiré ces quelques lignes...
Je vous les offre, comme un besoin de justice en ces temps tourmentés, quelle qu'elle soit.
"Le tueur de l’Aube regardait le plafond. Allongé sur son lit comme n’importe quel individu lambda, il pensait. Sa dernière œuvre l’avait mentalement épuisé. Comment pouvait-on en arriver à maltraiter un enfant et pire, l’abuser sexuellement ? Quel monstre devait sommeiller au plus profond de ces êtres qui n’avaient plus rien d’humains dignes de ce nom ?
Un enfant est un trésor, une graine que l’on doit soigner et aimer pour qu’il devienne un arbre solide et apaisant, auprès duquel il fait bon vivre.
Il se souvint de sa propre enfance. La graine avait poussé dans la tourmente. La main génitrice, garante de sa croissance, n’avait été qu’épines sauvages, transperçant sa chair et son cœur, encore et encore, comme si sa plus grande faute fut d’espérer vivre.
Ainsi, l’arbre qu’il était devenu, déployait à présent les branches d’une rage destructrice, brandissant le glaive qui s’abattait aujourd’hui sur le bouclier de la soi-disant justice.
Drôle d’institution que celle qui libère les mauvais esprits alors qu’il faudrait les occire. En conséquence, et devant ce consortium qui se décharge de ses responsabilités sous prétexte de circonstances atténuantes ou autre démagogie ubuesque, face à la justice qui voulait ni voir ni entendre, il opposait sa force et imposait sa propre loi, celle du talion. "
 
Attention, la couverture est provisoire, ce sera au bon vouloir de l'éditeur...
Bisouss
 
 
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
 

Publié dans Marie-Pierre Nadal

Partager cet article
Repost0

Salon du livre Saint-Cyprien samedi 11 septembre ...

Publié le par Evy

Entre dédicaces et lectures en plein air une belle journée littéraire s’annonce au cœur d’une nature verdoyante.

Les 40 Auteurs  vous feront la lecture dans le cadre bucolique du jardin des plantes de Saint-Cyprien aux Capellans. Une quarantaine d’auteurs vous invitent à découvrir leurs ouvrages pour la jeunesse mais également, romans, science et fiction, poétique en passant par des livres de terroir ou historiques.

Auteurs qui seront présents 

Gérard Baylet

Sylvie Sorgesa 

Hanna Fiedrich

Virginie Maurille

Claude Carré 
Nicole Yrle  

Sylvette Faisandier

Marion Pelissier

Evelyne Genique

Mylène Lambert

Paul Arquier-Parayre

Adrien Baillayre

Ludivine Martinez

Elisabeth Molina

Bernard Cazeaux

Gisèle Gonneau

Jean-Louis Fores

Pierre Kouzmin

Jean-Philippe Lapeyre

Catherine Barcelone 

M.P Nadal

 

Ce samedi 11 septembre de 10h à 18h 

Entrée libre 

Salon du livre au jardin des plantes de Saint-Cyprien Les Capellans...

Avec les  Auteurs AOC ET  CATALANS organiser par Pierre Kouzmin et Catherine Barcelonne..un grand merci à Pierre pour l'organisations de tous ses salons dans les Pyrénées Orientales.

Venez nombreux

 

Partager cet article
Repost0

Extrait Pulsions 3 Marie.Pierre Nadal Prix du Frisson

Publié le par Evy

 

 

PULSIONS 3, c'est parti !
 
"La tronçonneuse taillada légèrement le flanc puis s’enfonça rapidement dans les chairs pour terminer sa course de l’autre côté de l’abdomen, coupant ainsi l’homme en deux dans sa largeur, teintant l’environnement de rouge. Le corps, ruisselant de liquide vital, s’effondra en deux parties sur le sol déjà baigné d’hémoglobine.
Les yeux de la victime étaient restés ouverts et semblaient regarder leur bourreau, suppliant sa mansuétude. Ce regard déclencha une nouvelle pulsion rageuse. La chaîne de l’engin décapita ce qui fut un être humain.
Puis ne pouvant plus supporter la vue de ce sale type, l’homme plongea dans une ultime orgie horrifique. Il termina de découper le corps, ne laissant plus qu’un amas informe.
Le sol se métamorphosa en un étal de chair et d’os hachés menu. L’ombre meurtrière s’arrêta enfin, abasourdie et dans un état second. Elle laissa tomber l’appareil sur le tapis rouge, l’air hagard, vide de remords et de sentiments, tel un robot qui a fait ce qu’il devait faire.
1
 
Loan se réveilla dans un cri. Ce n’était hélas pas la première fois qu’il faisait ce genre de cauchemar. Ses nuits étaient souvent peuplées de massacres en tous genres et autres horreurs du même gabarit.
A chaque fois, il avait ce sentiment étrange qu’il n’arrivait pas à définir. Les scènes étaient si précises, si présentes qu’il en était perturbé tout au long de la journée.
Contrairement à la majorité des rêves que l’on oublie dès le réveil ou peu après, il se souvenait parfaitement de chaque détail, et, plus étrange, se rappelait les précédents, comme les épisodes d’un feuilleton sans fin.
Il était temps de réagir, et d’en parler à quelqu’un de confiance. Lucy serait la confidente parfaite. Elle le comprendrait et peut-être même qu’elle aussi faisait des cauchemars. « Après tout, les jumeaux sont de curieuses bestioles », se dit-il. "
 
Envie de le lire lien ci-dessous
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
 

 

Partager cet article
Repost0

Idée cadeaux pour les fêtes M-P Nadal

Publié le par Evy

IL EST SORTI de l'enfer pour vous, je suis allée le récupérer avec toute ma foi !

Mon bébé le second est né ! Le même style avec une histoire qui vous emportera loin, ... il est ... différent de son frère ainé. Plus long, plus tordu… et plus.... beaucoup plus... enfin, vous lirez !!
À commander chez vos libraires habituels.
Attention, demandez un sachet thermofuge ! 😜
Lorsque j'aurai mon stock, n'hésitez pas à me le commander, vous aurez une dédicace pour le même prix 🥰🤓

 

Partager cet article
Repost0

Comité de lecture " Nouvelles plumes " pour Marie-Pierre Nadal

Publié le par Evy

Comité de lecture " Nouvelles plumes " pour Marie-Pierre Nadal

Comité de lecture " Nouvelles plumes " 

PULSIONS sorti en 2020, Roman Thriller.

Note globale : 10/10 

Note littéraire: 10/10

Appréciation générale 

En une phrase : Ce roman est un coup de cœur pour moi. L'histoire est addictive. J'ai adoré l'humour de l'auteur et ces parenthèse d'humour offrent une respiration de bonne humeur et de joie dans ce roman "noir". Excellentes idées au niveau des crimes commis et des différents auteurs de ces homicides.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Excellente histoire. Excellente chute (inattendue). Les soupçons sont habilement distribués tout au long de l'histoire. écriture fantastique.

Autres commentaires 

Style littéraire : Et je donnerais même un 12/10 si c'était possible!!! L'auteur a une plume hors norme (en positif) et les images données dans ce contexte sont un plus. J'ai franchement adoré le style. Une véritable dégustation littéraire de haut niveau. Frédéric Dard, l'auteur des San Antonio, aurait pu craindre cette "concurrence".

Mon sentiment sur le titre du livre : Pulsions : oui mais pourquoi rouge? Pour le sang??? OK pour ce titre mais sans +

Ce que je pense des personnages : Excellents, tous dans leur domaine. Ne rien changer.

Ce que je pense du thème général du livre : personnalités fortes, crimes "horribles" et très sanglants…. Original.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

--------------------------------------------------

Note globale : 10/10 

Note littéraire: 9/10

Appréciation générale 

En une phrase : J' ai adoré cet thriller ,bien orchestré, j' ai tremblé, souri, mais impossible de quitter le roman ,

Ce que j'ai particulièrement apprécié : sérieux, violent , mais traité avec une note de légèreté qui en fait une lecture addictive.

Autres commentaires 

Style littéraire : Un style fluide , des rebondissements permanents,

Mon sentiment sur le titre du livre : Génial .

Ce que je pense des personnages : Une palette impressionnante de personnages , Joshua cet homme sensible, fragile qui évolue très facilement dans les enquêtes m 'a surpris . Audrey une femme de tête, organisée, mais son amour pour Joshua lui fait perdre certaines réalités, Laurie ce psychiatre sympa ,spécialiste des tueurs en série n à rien vu venir ,la juge Grangier un horrible personnage, acariâtre et directive .j ai aime la présence de Charly le chien qui apporte une note de douceur.

Note globale : 8.5/10 

Note littéraire: 8/10

Mon résumé 

Audrey et Josh enquêtent sur des meurtres d' une incroyable cruauté avec l' aide de laurier mais le meurtrier n' est pas celui que l' on imagine.

Appréciation générale 

En une phrase : Policier prenant et dérangeant

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Bonne intrigue, rebondissements et une fin inattendue.

Autres commentaires 

Style littéraire : Bien écrit

Mon sentiment sur le titre du livre : Bien

Note globale : 8/10 

Note littéraire: 9/10

Appréciation générale 

En une phrase : Très bon roman. J'aurais pu l'avoir acheté et n'aurais pas de regret. Il a tout à fait sa place dans une bibliothèque. L'intrigue est bien ficelée, je suis restée en haleine jusqu'au bout. J'ai été surprise par le dénouement de l'histoire.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Belle écriture, bonne intrigue, bon rythme, personnages riches

Autres commentaires 

Style littéraire : Bon rythme. Histoire au présent et dialogue bien balancé

Mon sentiment sur le titre du livre : Pas mauvais mais je n'accroche pas. Pourquoi pas simplement pulsions?

Ce que je pense des personnages : Il y en a assez; bien décrits; on ne se perd pas et chacun a un rôle à jouer.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Oui

 

Note globale : 8/10 

Note littéraire: 8/10

Mon résumé 

arrivée tonitruante d'un jeune lieutenant de police au fameux 36

Appréciation générale 

En une phrase : histoire policière haletante sur fond d'intrigue amoureuse

Ce que j'ai particulièrement apprécié : des rebondissements en chaîne on ne s'ennuie pas un seul instant

Autres commentaires 

Style littéraire : style épuré, clair, vif, spontané

Mon sentiment sur le titre du livre : Très bien

Ce que je pense des personnages : très bien, suffisamment de personnages pour que le roman ne soit pas trop chargé

Ce que je pense du thème général du livre : très bien, belle intrigue, simple mais efficace

Ce livre ferait-il un bon film ? : oui

 

Publié dans Comité de Lectures

Partager cet article
Repost1

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>