Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

20 résultats pour “Didier Janvier

L'association Plumes de Mémoire " Terre d'Histoires "

Publié le par Evy

 

VOICI, le lien pour AVIATION NEW ?

VOUS Y TROUVEREZ LA SUITE DE NOS LIVRES

ROBERT Mondange

AVIATION NEWS N° 70 FEVRIER 2021

Février 2021 -N°70 Aviation News la 17 Janvier 1991

Tempête du Désert, 30 déjà !

Actualités, Documentation et Recherches Historiques

Lien ci-dessous

https://www.calameo.com/books/0063769445266318df578

Partager cet article
Repost0

Atelier de Lecture...Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Publié le par Evy

Atelier de Lecture...Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Vous faites comme ça vous arrange

Du 01/07/2021 au 31/07/2021

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Parler de

--- Vos lectures

--- Livre qui vous à marqué

--- Qu'en pensez- vous ???

Vos participations

Merci de participer pour faire vivre le blog 

Vos participations

Ma participation

 

Parution le 27 janvier 2021


L'auteur d'Autobiographie d'une courgette nous dévoile une part plus intime de son parcours d'homme, ou comment la dépression l'a déconstruit derrière l'écriture de chacun de ses livres. Si deux mélancolies ne se ressemblent pas, les siennes l'ont conduit à s'interroger sur son adolescence où tout a commencé avec une rare violence avec son père. Elles ont fait de lui un être empathique qui a appris que ce ne sont pas les épreuves qui comptent mais ce qu'on est capable d'en faire. La force qu'il en retire aujourd'hui est une leçon de vie. Le temps est venu pour lui de la partager.
 
L'AUTEUR

Gilles Paris travaille dans l'édition depuis trente-cinq ans. Il est l'auteur de huit livres qui ont tous connu un succès critique. Son bestseller Autobiographie d'une courgette a fait l'objet d 'un film césarisé et multi-récompensé en 2016.
 

Publié dans Atelier de lecture

Partager cet article
Repost0

Atelier de " Janvier " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Publié le par Evy

Atelier de " Janvier " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Atelier ouvert à tous

 Du 01/01/21 au 31/01/21

 

Vous faites comme ça vous arrange

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Parler de

--- Vos lectures

--- Livre qui vous à marqué

--- Qu'en pensez- vous ???

Vos participations

Merci de participer pour faire vivre le blog 

Atelier de " Janvier " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

120 portraits de divinités et de héros des mythologies du monde entier : égyptienne, grécoromaine, celtique, hindoue, méso-amérindienne, nordique, etc. Une riche iconographie composée de magnifiques uvres d'art de Raphaël, du Caravage, de Rubens, Bouguereau, Rossetti, etc. Pour chaque personnage : son histoire, un épisode particulier de sa vie, ses attributs, sa correspondance avec d'autres mythologies. Un guide essentiel pour comprendre les récits mythologiques qui sont le fondement même de notre culture. Une très belle fabrication : relié, matelassage de la couverture, tranche dorée.

Publié dans Atelier de lecture

Partager cet article
Repost0

Atelier de Novembre " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Publié le par Evy

Atelier  de Novembre "  Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Défi ouvert à tous

Pour occuper vos journées

 Du 01/11/20 au 30/11/20

Vous faites comme ça vous arrange

Même si vous dépassez je mets à jour régulièrement

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Parler de

--- Vos lectures

--- Livre qui vous à marqué

--- Qu'en pensez- vous ???

Vos participations

La participation de catherine Pitat ( Cathou Quivy)

La participation de catherine Pitat ( Cathou Quivy)

La participation de catherine Pitat ( Cathou Quivy)
 
le dernier livre que je viens de lire est "le monde n'existe pas " de Fabrice Humbert publié chez Gallimard édité en janvier  2020
Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s’afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d’un homme recherché de tous, il le reconnaît aussitôt : il s’agit d’Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui vingt ans auparavant était la star du lycée et son seul ami, est accusé d’avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où se sont connus, pour mener l’enquête. Mais à mesure qu’il se confronte au passé, toutes ses certitudes vacillent…
Roman haletant et réflexion virtuose sur la puissance du récit, Le monde n’existe pas interroge jusqu’au vertige une société aveuglée par le mensonge, où réalité et fiction ne font qu’un.
Un suspens qui nous fait douter de la réalité de ce que nous vivons ou plutôt de la réalité du monde où nous vivons ! Et si tout n'était que mensonge ? Si nos sociétés ne sont que fiction ?
J'ai beaucoup aimé et c'est très bien écrit

Publié dans Atelier de lecture

Partager cet article
Repost0

Bibliographie Guy Raynaud...

Publié le par Evy

Idée cadeau pour la Fête des mères 

 

Bibliographie Guy Raynaud...

 

LISTE DES ROMANS POLICIERS DE GUY RAYNAUD

 

Édilivre 1. Meurtre à Rubeis Maceriis Avril 2014

 

Édilivre 2. Un cas d’école Mars 2015

 

Books On Demand 3. Coup de canif sur le Canigou Juin 2016

Books On Demand 4. Les cailloux du Racou Janvier 2017

Books On Demand 5. L’énigme de la plage de l’Art Juillet 2017

Books On Demand 6. Marinade au goût amer Mai 2018

Books On Demand 7. Le vrai coupable Mai 2019

Books On Demand 8. La disparue d’Eus Mai 2020

 

Books On Demand 9. L’espion d’Argelès Avril 2021 

 

 

Pour se procurer mes romans, qui sont au prix de 15 Euros 

Tél 06 72 28 93 43 – Raynaud.cab@wanadoo.frwww.guyraynaud-romanspoliciers.fr

Sur mon site ci-dessus, vous trouverez tous les titres de mes romans, ainsi que la première et la quatrième de couverture, et le mois et année de sortie, quelques photos de dédicaces et des commentaires de lectrices.  


Guy RAYNAUD

Tél 06 78 28 93 43

Raynaud.cab@wanadoo.fr

www.guyraynaud-romanspoliciers.fr

 

Partager cet article
Repost0

Bibliographie Claude Rouge ...

Publié le par Evy

Bibliographie Claude Rouge ...

Bibliographie      


Claude Rouge pratique l’écriture depuis les années 1970. Il est l’auteur de 250 chansons.
Son écriture est empreinte de la diversité de ses parcours personnels, professionnels et associatifs,
dans lesquels son inspiration prend sources. Il laisse alors à la poésie le soin de la traduire en mots.
Textes et chansons
- Chansons (1986) - recueil de chansons et textes – épuisé
- Passion de Vie (1996 – Editions OUTRE-PART) – recueil de chansons et textes – épuisé
- Fissures (2003) - recueil de chansons et textes
- Rencontres (2005) - CD chansons auto-produit
Romans
- En scène, paru en octobre 2010 aux éditions Jets d’Encre.
Ces rôles qu'il nous faut jouer de plus en plus dans le quotidien de nos vies pour "réussir", mais
qui nous éloignent de nos propres personnalités … elle n'est pas bientôt finie, la comédie ?
- Choc Frontal, paru en octobre 2012 aux éditions Jets d’Encre.
L'histoire d'un réel humaniste confronté au choix de sa fille de s'engager dans la religion
musulmane, ou quand les peurs entrent en conflit avec l'esprit de tolérance ...
- Toni Casperlino, paru en septembre 2014 aux éditions Jets d’Encre.
Un plombier parti à la conquête du Palais de l’Élysée : au-delà du résultat inattendu de la
prochaine élection présidentielle, de multiples interrogations sur nos institutions, la vie
politique, ...
- L'homme qui ne marche plus – février 2017 aux éditions Jets d’Encre
A travers l'histoire d'un burn-out technologique, des interrogations sur les impacts de la
numérisation de notre société : et l'homme, dans tout ça, que devient-il ?
- Les Racines tordues – janvier 2020 aux éditions Jets d’Encre
Dans les Cévennes, sur les traces de son grand-père décédé, l’histoire touchante d’un jeune
homme en interrogation sur ses racines. Qu'est-ce qui peut bien pousser certains à s'en
rapprocher : quête légitime ou fuite - vaine ? - d'un monde qui se déshumanise ?

Partager cet article
Repost0

Biographie Isabel Aguilar...

Publié le par Evy

Auteur : Isabel AGUILAR contact acalaeditions@gmail.com Biographie : Petite fille du poète occitan, félibre Roger BARDOU, Isabel AGUILAR a embrassé la littérature dès son enfance. À l’âge de 16 ans, cette passion s’est renforcée, suite à une jolie rencontre à « la Bibliothèque pour Tous » de Pamiers où elle officia en tant que bénévole, avec Mademoiselle BEULAIGUES professeur retraitée de Lettres Philosophie, qui fut collègue et confidente de Marcel Pagnol au Lycée de Pamiers. Après ses études de Lettres Modernes à Toulouse, elle part pour l’Amérique Centrale, en poste au Service Culturel de l’Ambassade de France au Panama puis, au Costa Rica où elle est chargée de mission pour la francophonie (presse, radio, conférences, expositions, théâtre…). Plus tard,en Ariège c’est une rencontre avec la peintre Maddy de la Giraudière qui la confortera dans l’univers poétique, puis à Colombières sur Orb dans l'Hérault, avec l'écrivain scénariste Jean-Claude Carrière lors de rencontres littéraires. *En 2018, elle crée le Salon du Livre de l’Abbaye de Saint Polycarpe près de Limoux dans l'Aude en partenariat avec le Lion's Club dont elle est membre. *En 2020 elle succède à Alain CLASTRES à la présidence des Éditions ACALA Pamiers Foix en Ariège, où elle a initié un partenariat avec le Prix International Arthur Rimbaud. À ce jour, elle crée de nouveaux Salons de Livres dans la région afin de promouvoir les auteurs régionaux. *Suite au décès de son père, en janvier 2021, emporté par la pandémie, Isabel AGUILAR s’est mise à écrire sur le souvenir, ce qui a donné naissance à son ouvrage paru en septembre 2020 « Le Jardin des Étoiles », un recueil de poèmes mêlant introspection et vagabondage, dédié à son père.« Sur un chemin initiatique, une flânerie poétique où vagabonde la musique. » Cet ouvrage a été publié aux Éditions ACALA et préfacé par Christine Clairmont Druot, nominée en 2000 pour le prix Nobel de poésie par l'Académie Internationale des Poètes. *Avril 2022, parution du recueil « Les fleurs du Ciel » : où les mots, les vers agencés comme des notes de musique sur une partition, racontent les émotions reçues comme des fleurs tombées du ciel. *Membre de l'Association des Auteurs d'Occitanie et de Catalogne. *Membre du cercle littéraire Les Gourmets de Lettres de Toulouse.placé sous l'égide de l'Académie des Jeux Floraux. *Parrainée par Jean-Charles DORGE Président de la Société des Poètes Français, 16 rue Monsieur le Prince PARIS et Isabelle-Marie ECHÉGUT déléguée de la région Occitanie, elle est sociétaire de la Société des Poètes Français

Partager cet article
Repost0

Le rêve écartelé de l'Auteur Jean-Paul Alandry

Publié le par Evy

Le rêve écartelé de l'Auteur Jean-Paul AlandryLe rêve écartelé de l'Auteur Jean-Paul Alandry

Entrer dans Le rêve écartelé, c’est suivre Ayac le chasseur, de la préhistoire à nos jours, dans les méandres riches et fantasques de sa prodigieuse imagination. C'est, à travers l’histoire unique de sa culture teintée de chamanisme, déambuler dans le temps disloqué de son épopée ; s’imprégner d’un profond atavisme issu du fond des âges ; se propulser au sommet des dernières expériences du monde quantique. C'est se garder des desseins pervers d’une machiavélique Éminence qui n'œuvre qu'au maintien de sa seule puissance. C’est une histoire d’amour aussi, une fusion du passé et de l’avenir, une porte ouverte sur l’espoir et... une caricature de l’absurde.
Le rêve écartelé, c’est l’horizon de tous les possibles...

Thèse

Quelles que soient les technologies de l'époque, rien ne distingue fondamentalement un homme du Magdalénien (≈ 15 000 ans A.A*) d'un autre ultra moderne, tant qu'ils sont de la même espèce (Homo sapiens).

Antithèse

Les technologies et connaissances d'une époque donnée façonnent l'esprit et les comportements humains à tel point qu'après plusieurs millénaires, un homme ultra moderne n'a plus rien en commun avec un homme du Magdalénien.

Synthèse

Homo sapiens est avant tout un être d'affects. Quelles que soient les époques et les technologies, il n'y a de différence entre les anciens et les modernes que dans la mesure où une technologie est capable de leurrer les affects. Si cette technologie faillit, les leurres s'effondrent.

Note

* Avant aujourd'hui (AA), est utilisée, en archéologie, en géologie et en climatologie, pour désigner les âges exprimés en nombre d' années comptées vers le passé à partir de l'année 1950 du calendrier grégorien, voire symboliquement à partir du 1er janvier 1950. Cette date a été fixée arbitrairement comme année de référence et correspond aux premiers essais de datation par le carbone 14. Cette date est également légèrement antérieure aux premiers essais nucléaires qui ont perturbé la répartition d'isotopes utilisés en radiochronologie. Source : Wikipedia.

Caractéristiques
  • 420 pages
  • Format: Broché, 16x24
  • N° ISBN : 2-9522185-2-8
  • Prix: 10€

   Insolite
Par Bérénice_66
Difficile de commenter un livre pareil... Juger vous-même; deux chapitres en tout et pour tout dont le premier ne fait pas moins de 410 pages sur un total de 415 ! Et pourtant, tout se tient parfaitement. On se laisse entraîner dans un récit qui entremêle l'avenir, le passé, le présent sans que jamais je m'en sois lassée.
L'histoire ? Une éminence diabolique, la trajectoire initiale dont il ne faut jamais dévier, un clan préhistorique fuyant un vaste incendie, les invertisseurs, les Inuits, les projections, la prophétie, la septième clé, les six nations... et toujours Ayac l'éternel chasseur. Cela pourrait paraître brouillon, confus, mais sert la thèse de l'auteur qui semble ici nous dire qu'il n'y a pas de différence fondamentale entre l'homme moderne et celui d'il y a 20000 ans. Osé, argumenté et insolite !

   Rêve ou réalité
Par L'amateur d'aéroplanes
Cet ouvrage de science-fiction mélange la vie, réelle ou imaginaire, d'un astronaute d'un futur indéterminé échoué dans un monde glacé et recueilli par tribu équivalent aux Inuits;

L'histoire se place sur plusieurs niveaux.

Envie de le lire:à commander directement chez l'auteur (lien ci-dessous). laissez vos coordonnées par mail et votre adresse. En retour je vous donne la mienne pour le règlement ....+ frais d'envoi

moncourriel66@gmail.com

Partager cet article
Repost0

Extrait du livre " Une bibliothèque pour Assikoi " de l'Auteur Robert Mondange...

Publié le par Evy

Extrait du livre " Une bibliothèque pour Assikoi " de l'Auteur Robert Mondange...
Extrait du livre " Une bibliothèque pour Assikoi " de l'Auteur Robert Mondange...
Extrait du livre " Une bibliothèque pour Assikoi " de l'Auteur Robert Mondange...

Quoi de plus beau pour Noël que de faire connaître la vie, les petits secrets et les rêves des enfants d’un village africain. Dans une bibliothèque pour Assikoi, les enfants du village d’Assikoi vont vous faire découvrir tout cela. 

Extrait du livre :

 

L’ECOLE ASSIKOI 2

L’école Assikoi deux

Ce matin là, Florence 12 ans terminait à peine de manger l’attéké qui  restait du repas de la veille au soir lorsque Romuald 12 ans lui aussi, l’interpella :

- dépêche-toi, Florence, il est l’heure d’aller à l’école.

    Florence rejoignit immédiatement Romuald et les deux amis prirent le chemin de l’école Assikoi 2 qui était située à un kilomètre du centre du village. Un peu plus loin, ils furent rejoint par Cendrine et Pirène âgées elles aussi d’une douzaine d’années. Sandrine et Pirène vivaient chez leur tante Augustine avec Félicité et Alphonsine qui étaient bien plus jeunes qu’elles. Il y avait aussi Francis 12 ans. Les cinq enfants avaient été recueillis par Augustine car ils étaient sans parents. Florence quant à elle, vivait dans sa famille avec sa grande sœur Jeannette. Romuald vivait lui aussi dans sa famille avec deux grands frères et une petite sœur. 

 

    Nous étions au milieu du mois de janvier, en pleine saison sèche et pendant les jours les plus chauds de l’année. Pour aller à l’école, il fallait avoir beaucoup de courage, mais les enfants en avaient, car ils savaient que dans quelques mois, ils devraient passer l’examen d’entrée en sixième et que, s’ils ne réussissaient pas, ils resteraient au village et seraient obligés d’aller aux champs tous les jours et, cela ne les enchantaient pas beaucoup. Dans le groupe, on disait que Florence était très forte en français et que Romuald était un champion en mathématiques, et c’était vrai, Florence obtenait toujours de très bonnes notes en français et Romuald était le premier de la classe pour les mathématiques…l

 

L’ENFANT MALADE

- On est venu te saluer pour te dire que l’on pense à toi et que l’on t’aime beaucoup dit Florence. 

- Je suis sûre que tu es bien soignée ajouta Sandrine. 

- Je suis sûre que tu iras bientôt mieux crut bon de rajouter Pirène. 

    Le cœur de Lydie France battait de joie, car malgré la fièvre, elle s’ennuyait beaucoup et cette visite inattendue venait rompre la monotonie des journées à l’hôpital. La maman de Lydie France prise par les travaux dans les champs et les charges familiales ne pouvait venir voir sa fille que deux fois par jour le matin avant d’aller aux champs et le soir en rentrant, le reste du temps les seules personnes que voyait Lydie France était le médecin qui passait une fois le matin et une fois le soir et l’infirmier qui venait lui faire les soins et un peu de toilette. Comprenant que sa petite amie s’ennuyait Florence lui proposa de passer quelques instants avec elle et de lui raconter une histoire. Pour seule réponse, un sourire éclaira le visage de Lydie France, Florence comprit qu’elle avait vu juste et commença

68 pages de texte

POUR CE PROCURER CE LIVRE DEDICACE ENVOYER UN MAIL A : r.mondange@aliceadsl.fr 

PRIX 12€ + frais d’envoi

Partager cet article
Repost0

Extrait de " La Terre Privilégiée " de l'Auteur Patrice Salerno

Publié le par Evy

Extrait de " La Terre Privilégiée " de l'Auteur Patrice Salerno
Extrait de " La Terre Privilégiée " de l'Auteur Patrice Salerno

Idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir

Autre choix ci-dessous

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/patrice%20salerno/

 

La Terre Privilégiée


 

Patrice Salerno



 

Avant-propos



L’histoire se situe dans la première partie de la période de refroidissement du Moyen-Age, communément appelée Petit Âge glaciaire. Elle s’est traduite par une importante avancée des glaciers, par des étés plus froids, des précipitations incessantes, notamment en 1315, et, par conséquent, de mauvaises récoltes ayant causé des épisodes de famines.  

Comme un malheur ne vient jamais seul, la peste noire se répand comme une vague sur tout le pays. Depuis Marseille, en novembre 1347, elle gagna rapidement Avignon, en janvier 1348, alors cité papale et carrefour du monde chrétien - la venue de fidèles en grand nombre contribuant à sa diffusion -, c’est en juillet 1348 qu’elle sévit à Albi.  

Tancrède, héritier du domaine de Marhaba, avec Roger, son ami fidèle, usèrent leurs vies pour que les terres prospèrent,  conjuguèrent leurs efforts pour le blé pousse, et que la vigne magnifiée,  jus de raisin qui coulent un peu dans leurs veines, soit le reflet de leurs compétences et de leur amour pour cette culture.

Guillaume prendra les rênes de Marhaba à la mort de son grand-père. Il ne pourra éloigner de lui l’ombre de Tancrède, figure tutélaire, dont l’aura servira à la fois de guide et de joug trop lourd à porter. Guillaume effectuera le même voyage que son grand-père, tel un périple, un pèlerinage, osant à peine croire qu’il ressentirait les mêmes choses que Tancrède. Il fit donc une incursion en Terre Privilégiée, au pays des troubadours et de la dissidence religieuse. En cette contrée mystérieuse, dans ce château si particulier, il découvrira une autre approche de la vie, qu’elle peut très bien se nourrir de ses différences. 

S’il est hasardeux de trouver une quelconque collusion entre troubadours et Bonshommes, l’idéologie courtoise, en propageant des valeurs laïques et profanes, participe elle aussi à la prise de distance par rapport à la vision du monde défendu par les clercs. La populeuse classe aristocratique occitane, influencée par la culture des troubadours, était volontiers libertine, voire anticléricale. Bien que l’art des troubadours soit à l’antipode des préoccupations métaphysiques des Bonshommes, il est indéniable qu’ils font partie intégrante de cette société. N’oublions pas, bien avant que le mot féminisme n’ait un sens, que l’émancipation de la femme était un fait dans ce Languedoc de tolérance. Les dames de cette aristocratie, à qui la « fin amor » des troubadours et la culture courtoise reconnaissaient valeur cordiale et sagesse amoureuse, et  que le droit coutumier méridional admettait à hériter, à léguer, voire à partager l’autorité coseigneuriale, manquaient pourtant cruellement d’échappatoire spirituelle. Ces dames, qui voulaient faire leur salut après une vie bien remplie d’épouse et de mère , se tournèrent avec intérêt vers cette église chrétienne indépendante de Rome. Cette Eglise qui ouvrait largement ses maisons religieuses et même son sacerdoce aux femmes. Et, c’est naturellement, que ces belles dames des troubadours, vieillissantes, achevèrent leur vie en religion, non pas cloîtrées au fond d’un couvent, mais comme directrices de conscience de leur parentèle.

 

 

Les personnages principaux du roman :

 

Tancrède et Amina : mari et femme, propriétaire du domaine de Marhaba.

Roger et Mathilde : mari et femme, meilleurs amis de Tancrède et Amina.

Jean : fils de Tancrède et Amina.

Mariette : Fille de Tancrède et Amina.

Marie : Femme de Jean.

Guillaume : Fils de Jean et Marie (le narrateur). 

Delfina : Amie de Mariette.

Blanche : Femme de Guillaume.

Melpomène : Hôte du château de Puivert

 

I

 

Marhaba, souvenirs des jours heureux.

 

Je me nomme Guillaume, fils de Jean et Marie, et je suis né à Albi en 1292. Tancrède et Amina, mes grands-parents, eurent deux enfants, Jean et Mariette. Tancrède, né à Montans, géra le domaine de Marhaba à la perfection, ainsi que quelques intérêts sur Toulouse qu’il sut défendre avec opiniâtreté. Quant aux terres d’Albi, la plupart vouées au pastel, Tancrède en délégua l’exploitation à son meilleur ami, Roger, et son épouse la belle Mathilde. A la mort de Roger mon père prit le relais à Albi, et voilà comment je me retrouvai près du palais de la Berbie (1). Toute cette équipée ne manqua pas de prétextes pour se retrouver à Marhaba, et je grandis sagement à l’abri des bras de mes parents et de mes grands-parents. Majestueuses branches auxquelles je m’accrochais solidement lorsque la tourmente soufflait sur mon cœur triste. Maintes fois j’escaladais ces arbres de vie, tantôt blotti au creux de cette rassurante ramure pour soulager mes peurs, ou fièrement fiché sur leurs épaules pour mieux embrasser l’immensité qui s’offrait à moi. Je bus leurs paroles, encore et encore, jusqu’à l’ivresse. Leurs mains fermes me guidèrent à l’ouvrage, rudes à la taille, précises à la houe, je  m’exténuais au travail avec eux. J’attendais avec impatience la fin de la journée afin d’obtenir ma véritable récompense, un regard complice, un geste tendre, une caresse des miens. Je suis fier d’être des leurs et ils me manquent tous aujourd’hui. Très jeune, j’eus ce désir de comprendre cette famille, d’en connaître le moindre détail, de m’en attacher le moindre sentiment. Ce travail fut amplement facilité par mon grand-père qui, de son vivant, a toujours veillé à ce que le greffon prenne. Il fit preuve, à mon égard, de beaucoup de patience et de sollicitude, mon éducation fut à la mesure de mes attentes. D’une manière moins patente, beaucoup plus pudique, plus effacée, mon père contribua également à ce que mon apprentissage dans cette tribu se réalise sans heurt.

 

Tancrède, contrairement à son père et ses oncles, consigna par écrit les moments forts de notre lignée. Enguerrand et son fils Tancrède, patiemment, et avec une certaine obstination, retrouvèrent avec difficulté le fil de leurs vies, sans doute un peu tard. Ils arrimèrent alors leur solitude à cet amour indicible qui les rapprochait et, patiemment, obstinément, lièrent ces attaches parfois si distendues. Mais le temps, prompt à  balayer la destinée, foudroya leur entreprise, si bien qu’aucun des deux ne put nouer fermement et à jamais ce précieux lien. Tancrède fut un être tout en nuance, l’expression même de la dualité, balance exacte entre la finesse de ses propos et l’animalité qu’il mettait à l’ouvrage. Il pouvait être déroutant, oscillant entre la bienveillance à l’égard des êtres chers, et âpre dans son jugement lorsqu’il faisait face à une vile opposition. Il demeure un exemple pour moi et il y eut entre nous plus que d’ataviques similitudes. Je retraçais la saga familiale avec une facilité déconcertante, compulser et ordonner les innombrables feuillets qu’il nous légua se révéla de loin  le travail le plus fastidieux. 

J’entrepris cette tâche comme une impérieuse mission, j’emboitai machinalement mes pas dans les siens, et me mis à écrire les événements et autres péripéties de notre famille. Je rédigeais sans cesse, griffonnais beaucoup, revenais toujours sur mes notes tant la frustration était grande. J’avoue humblement que je n’ai ni le talent ni la verve, et encore moins le style, de Tancrède. Son savoir et sa grande culture m’impressionnaient. Il était à l’aise dans toutes les matières et jamais ne s’égara en périlleuses conjectures. Comme lui je passais du temps dans la bibliothèque familiale, un fatras de livres illustrant des sujets aussi divers que l’art de cultiver la vigne, d’instructions pour utiliser les plantes à bon escient, en passant par d’illustres auteurs grecs et latins. Sans oublier, en bonne place, un florilège d’ouvrages dans notre langue, notamment œuvres de Macabru, Jauffré Rudel, Bernard de Ventadour, et bien sûr des poésies de Peire Vidal. Nombres de ses livres provenaient de l’ancienne bibliothèque de Philippa, la tante de Roger. Mon inaptitude aux belles phrases et autres envolées lyriques firent que j’optais finalement pour une retranscription de faits, une chronique en quelque sorte.

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2