Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

" Rouge Océan Feuilleton " Marie-Pierre Nadal

Publié le par Evy

Chers amis,

Je vous donne rendez-vous, tous les vendredis, pour un feuilleton sur le groupe FaceBook « 66 infos libres » : ROUGE OCEAN

J’y dévoile un récit de mon cru, quasiment en direct. 3600 signes hebdomadaires pour vous faire frissonner et rêver devant le paysage océanique illustrant une croisière pas comme les autres, à la pointe du triangle des Bermudes.

Des meurtres vont être perpétrés, sans mobile apparent, sans aucun lien, et surtout, sans la moindre mansuétude.

Accompagnez-moi dans ce voyage si singulier, que vous n’en reviendrez pas !

Frissons garantis.

(Retrouvez-moi également sur ma page FaceBook dédiée à l’écriture : https://www.facebook.com/mpnadal/ ou Marie-P. NADAL-Auteure)

 

 

ROUGE OCEAN

Episode 1

Scott avait besoin de vacances. C’est avec le plus grand enthousiasme qu’il était prêt à embarquer sur l’ATLANTIS BLUE, gigantesque paquebot d’un blanc bleuté, qui s’étirait sur près de 350 m et culminait à plus de 60. Du sol, il semblait atteindre le ciel sans nuages.

Le jeune lieutenant de police new-yorkais n’en revenait pas. Se trouver à Miami pour le départ était déjà magique, mais embarquer pour une croisière d’une semaine était inespéré. Le cadeau que lui avait offert ses collègues pour ses trente-deux ans le laissait un peu dans les vaps. Il souriait, son nez retroussé en l’air, heureux comme un enfant qui découvre ses jouets un 25 décembre.

Les passagers défilaient devant lui qui était figé face au colosse flottant.

Cependant, une autre merveille s’approchait. La Directrice de croisière venait vers lui pour l’encourager à monter à bord. Elle descendait de la passerelle alors que le regard du new-yorkais se posait sur sa belle silhouette.

Il put ainsi se rendre compte que Pocahontas était bel et bien de ce monde. Ses yeux verts grandirent pour mieux apprécier cette jeune femme d’une trentaine d’années, brune hâlée aux cheveux caressant ses reins.

Ses yeux noirs accompagnaient un sourire pour le moins accueillant.

— N’ayez pas peur de monter, il n’y a aucun piège, dit la belle espiègle.

Elle tendit la main pour se présenter.

— Bonjour, je suis Halona Saint-James, la directrice de cette croisière. Vous êtes Monsieur ?

Le jeune homme reprit ses esprits et se présenta à son tour.

— Scott, je crois que je m’appelle Scott Cameron.

La jeune femme afficha un sourire plus accentué encore, à la limite du rire.

— Bien, Monsieur Cameron, je lis que vous venez de New-York, lieutenant de police, c’est exact ? Vous avez déjà parcouru un long chemin, dites-moi.

— Oui, et je compte bien profiter du plus intéressant. J’ai envie de me laver la tête de toutes les horreurs que je vois au quotidien.

— Je comprends. Eh bien, nous allons faire en sorte de vous distraire et vous détendre.

Elle le pria de la suivre. Ils s’engagèrent sur la passerelle comme on monte vers l’espoir de réjouissances festives.

Ils stoppèrent à son sommet, devant l’entrée du navire.

— Je m’arrête ici, annonça la belle indienne. Vous êtes sur le pont AZUR, au cinquième étage, cabine 508, dit-elle en regardant sa tablette. C’est à droite de l’ascenseur. Je vous souhaite une bonne croisière Monsieur Cameron.

— Merci, appelez-moi Scott, on sera peut-être amenés à se voir souvent, enfin j’espère, je veux dire, dans le cadre de votre travail, évidemment.

— Evidemment, reprit-elle, alors à bientôt !

Scott ne pouvait soutenir ce regard noir qui perçait son cœur si endurci par les affres de son métier. Il pénétra donc dans la ville sur mer.

Dès son entrée, la splendeur du lieu lui flanqua une gifle.

Devant lui, un hall démesuré et brillant de mille feux, où se croisaient des passagers aux bras chargées de valises et autres sacs, des uniformes bleu ciel signifiant que l’on avait affaire au personnel naviguant. Il y avait également des boutiques de toutes sortes, essentiellement pourvues en vêtements, bijoux et parfums pour tous les goûts. Les lumières projetaient leur clarté comme un sorcier jetterait des sorts de bonheur çà et là dans l’ambiance joyeuse.

Il se dirigea vers l’ascenseur que lui indiquait un panneau lumineux (lui aussi). Le lieutenant sortait du sombre de la vie new yorkaise pour plonger dans l’éclat du faste, l’esprit et les yeux déjà comblés de beautés diverses et variées.

Le mot splendeur avait été inventé pour qualifier le paquebot. Et il n’avait vu qu’une infime partie de l’endroit.

Toutefois, avant de se faufiler dans la cabine qui allait le mener à son étage, il eut un regard pour celle qui l’avait si gentiment reçu et qui se tenait, pour un quart d’heure encore, à l’accueil des retardataires. Il pensa que les bijoux n’étaient pas tous faits de matière inerte, l’éclat de la jeune indienne valait bien toutes les étoiles de la voute céleste. Que la vie était donc belle et surprenante !

Il respira profondément la joie d’être là et sourit à l’idée qui était une certitude, celle de vivre une semaine inoubliable.

Rien n’allait être plus vrai.

http://www.mariepnadal.fr/

Partager cet article
Repost0

Bibliographie : Jean-Pierre Bonnel

Publié le par Evy

Bibliographie :  Jean-Pierre Bonnel

Bibliographie :  

 

Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan, coauteur Paul Gérard, éd. Trabucaire, 2016 (essai).

L'infini de l'enfance, éd. Cap béar, 2009 (mémoires).

Balades culturelles en Catalogne : de Perpignan à Tarragone avec trente personnages illustres, éd. Nouvelles Presses du Languedoc, 2009

(guide).Méditerriennes, éd. TDO, 2008 (beau livre).

Catalognarts, études sur la peinture et la littérature en Catalogne, éd. Les Presses littéraires, 2006 (beau livre).

Walter Benjamin et Antonio Machado, deux destins à la frontière, éd. Les Presses littéraires, 2005 (beau livre).

La Catalogne en peinture, éd. Midiques, 2004 (beau livre).

Moi, Matisse à Collioure, éd. Balzac, 2003 (roman).

Dina Vierny, une grande dame au pays de Maillol, éd. Frontières, 2000 (essai).

 

Genre(s)
 : 
Roman noir, polar
 
Poésie, théâtre
 
Littérature
 
Culture régionale
 
Arts
Animations(s): 
 
Rencontres
 
Lecture
 
Conférences
 
Ateliers d'écriture
Partager cet article
Repost0

L'Infini de l'enfance Jean-Pierre Bonnel...

Publié le par Evy

L'Infini de l'enfance  Jean-Pierre Bonnel...

Le décor est catalan. Ce Perpignan des années cinquante et après... où les personnages disparus semblent indifférents au temps qui passe, seul compte leur témoignage. L'infini de l'enfance serait-il cet instant immémoriel, où l'héritage de nos aînés côtoie le petit d'homme découvrant les humains et le monde. Un aller et retour curieux entre passé et présent dont l'enfant gardera toujours un souvenir nostalgique et libérateur, caché dans sa vie d'homme tel un clin d'œil à une enfance perdue... Imagée, sensible et poétique, l'écriture accompagne Jean-Pierre Bonnet. L'écrivain ouvre une malle aux souvenirs emplie, de tendresse, de douceur et parfois de peine, où l'éternité d'une vie pourrait peut-être se résumer à " L'infini de l'enfance ".

Envie de le lire lien : 

L'Infini de l'enfance de Jean-Pierre Bonnel - Grand Format - Livre - Decitre

Partager cet article
Repost0

L'ultime chemin de Walter Benjamin Jean-Pierre Bonnel...

Publié le par Evy

L'ultime chemin de Walter Benjamin  Jean-Pierre Bonnel...

Jusqu'où la dictature peut-elle contraindre l'esprit? Jean-Pierre Bonnel s'inscrit dans l'ultime chemin de Walter Benjamin. Il retrace l'issue fatale de ce philosophe hors normes et la fin d'un itinéraire où l'intelligence est terrassée par la barbarie. Dés 1933, Hitler et ses doctrines fascistes contraignent Walter Benjamin à l'exil. D'abord à Paris où il sera arrêté puis interné près de Nevers. Il ne devra sa liberté qu'à l'intervention d'intellectuels dont Gisèle Freund. Après cet épisode il poursuit son exil vers le sud de la France et l'Espagne. Il entreprend une marche harassante pour recouvrer la liberté à travers les Pyrénées, depuis Banyuls sur mer jusqu'à Port-Bou. Là, traqué par la police de Franco, il se suicide le 25 Septembre 1940. Son corps et sa célèbre valise noire contenant un manuscrit ne seront jamais retrouvés...

Envie de le lire : jean-pierre.bonnel@orange.fr

Partager cet article
Repost0

Revue de presse Le Petit Journal de l’Ariège  décembre 2020 Bernard Cazeaux

Publié le par Evy

Revue de presse  Le Petit Journal de l’Ariège  décembre 2020 Bernard Cazeaux


C:\Users\Utilisateur\Documents\Articles presse\La Dépêche du Midi décembre 2020.jpg

 

Le Petit Journal de l’Ariège  décembre 2020

 


C:\Users\Utilisateur\Downloads\IMG_20210104_111122_resized_20210104_111728914.jpg

 

Partager cet article
Repost0

Revue de presse La Dépêche du Midi Décembre 2020 Bernard Cazeaux

Publié le par Evy

Revue de presse La Dépêche du Midi Décembre 2020  Bernard Cazeaux

 

La Dépêche du Midi Décembre 2020


https://sites.google.com/site/romansbernardcazeaux/_/rsrc/1601207925358/home/Article%20La%20D%C3%A9p%C3%AAche%20du%20midi.jpeg

Partager cet article
Repost0

Bibliographie Bernard Cazeaux ...

Publié le par Evy

Bibliographie  Bernard Cazeaux ...

Bibliographie 

Liste des livres publiés 

 

Recueils de poèmes

Le cœur et la raison 2018

Pêle-mêle 2019

Poèmes enfants

Le voyage d’Arthur et autres contes. 2019

Romans

Une inconnue dans le miroir 2012

Mauvais numéro. 2015

Au nom du Bien. 2016

La Reine et le Fou. 2017

Le montreur d’ours et les Demoiselles. 2019

Un avenir de sable. 2018

La vengeance du facteur. 2013

Le facteur amoureux 2013

Victor. 2019

Florentin. 2020

Nouvelles

Chroniques du Sud-Ouest : Histoires campagnardes d’antan. 2013

 

Roman Fantasy : Cycle Malthéas Réédité en 2020

Tome 1 - Les Briseurs d’âmes.  

Tome 2 - L’enfant des rêves. 

Tome 3 – La traque. 

Tome 4 – L’épreuve. 

Tome 5 – Les grottes d’Alfodus. 

Tome 6 – Les voiles noires de Xarés.

 

Biographie

« En avant avec joie »

- Capitaine Adrien Moulis beau chef de guerre. 2014

Partager cet article
Repost0

Evaluations du livre " Au nom du Bien " Bernard Cazeaux...

Publié le par Evy

Evaluations du livre " Au nom du Bien " Bernard Cazeaux...

Evaluations du livre "Au nom du Bien" par les lecteurs

de "Nouvelles Plumes" Août 2017 (notation sur 10)

 

Danièle 49 ans / Granges-Paccot Genres évalués : Contemporain Policier Thriller Nouvelles/ contes Inscrit(e) le : 18-Feb-2015 « Maman » J'ai évalué 41 livre(s).

 9.00 Appréciation Globale      10.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : Une bonne histoire, très bien écrite, bien construite, des personnages bien décrits, qui happe le lecteur. J’ai été captivée dès le début et je ne l’ai plus lâchée jusqu’à la fin. Seul petit bémol, la relation amoureuse entre Florence et Max, qui à mon sens n’apporte rien à l’histoire. Sinon, j’ai eu l’impression d’avoir dans les mains un livre acheté qui serait passé par le crayon rouge d’un correcteur ou d’une correctrice. Un très bon moment de lecture.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : L'histoire, le personnage de l'assassin, le style d'écriture

Style littéraire : Un récit bien construit, un style très agréable, fluide, sans temps morts, de belles phrases bien construites, sans être alambiquées, un vocabulaire riche et surtout pas de faute. Les dialogues sont maîtrisés. L’auteur a bien réussi à faire passer les émotions des personnages. Il décrit aussi très bien l’ambiance hypocrite de ce milieu.

Ce que je pense des personnages : Les personnages sont bien décrits, on arrive facilement à les imaginer. Ils sont crédibles, vrais. On a l'impression que l’auteur nous parle de personnes réelles. Pas de super-héros, ni de gros vilains méchants.

Ce que je pense du thème général du livre : Un bon thème, assez peu exploité à ma connaissance, ce qui rend cette histoire originale

Ce livre ferait-il un bon film ? : oui certainement

***

Cabelduc Nadine 50 ans / st nazaire Genres évalués : Sentimental Policier Inscrit(e) le : 04-Aug-2013 « en disponibilité » J'ai évalué 3 livre(s).

9.00 Appréciation Globale     9.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : J'ai apprécié cette lecture. C'est la première d'ailleurs parmi les livres que j'ai évalués qui m'a plu autant.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : L'auteur alterne habilement les scènes de crimes atroces et d'amour (ou de sexes) entre les différents protagonistes. Les personnages sont bien décrits et on entre facilement dans l'histoire.

Style littéraire : Pas ou peu de fautes, bien écrit. Du vocabulaire.

Ce que je pense des personnages : Plusieurs personnages dont on suit l'histoire en parallèle - mais pas que. Ils sont bien décrits, même les secondaires.

Ce que je pense du thème général du livre : Lorsque j'ai entrepris cette lecture, j'ai un peu grimacé car, athée, je ne suis pas du tout porté par la religion (il y a beaucoup de références) mais j'ai poursuivi et je ne l'ai pas regretté.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Pourquoi pas !

*** 

daniel liegeois 65 ans / Varennes-Vauzelles Genres évalués : TOUS LES ROMANS Contemporain Historique Régional Autobiographique Policier Thriller Nouvelles/ contes Philosophie/ religion Poésie Théâtre Essais Actualité/ Politique Témoignages Sociologie Document Histoire Pratique Humour Divers Erotique Inscrit(e) le : 24-Nov-2015 « retraité » J'ai évalué 66 livre(s).

 9.00 Appréciation Globale       9.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : Excellent récit, très crédible

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Histoire solide, roman charpenté, récit prenant  

Style littéraire : Bien écrit, lecture facile

Ce que je pense des personnages : Des protagonistes aux tempéraments bien trempés, aux caractères affirmés

Ce que je pense du thème général du livre : sujet d'actualité dans un monde ou le fanatisme prend une place malsaine 

***

Bonjour 43 ans / paris Genres évalués : Contemporain Thriller Fantastique Nouvelles/ contes Humour  Inscrit(e) le : 05-Apr-2017 «  rien » J'ai évalué 10 livre(s).

8.50 Appréciation Globale       9.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : C'est un roman, pourtant assez long, que j'ai fini avec regret... avec presque le sentiment que ce livre aurait une âme... j'aurais voulu qu'il continue encore un peu !!

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Les personnages sont attachants, parfois touchants et parfois si amusants... On a l'impression de voir certaines scènes se dérouler sous nos yeux.

Style littéraire : Le style est excellent : vif et drôle, sans aucune faute (à peine quelques "coquilles" pour un livre de 400 pages environ ! Les phrases sont bien construites, et le vocabulaire est riche.

Ce que je pense des personnages : Les personnages sont touchants, et on s'y attache à un point tel que lorsque Adeline, la maîtresse de Benoît, est assassinée sauvagement, on se dit : "oh, non ! pas elle !". Certains policiers sont attachants également, et bien décrits.

Ce que je pense du thème général du livre : C'est une histoire policière un peu classique, mais qui tient la route, et qui est si bien racontée qu'elle en devient originale. C'est là, je pense, la force de ce roman.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Oui, je pense.

***

MARIN Frédéric 56 ans / REMOMEIX Genres évalués :Policier  Inscrit(e) le : 23-Apr-2017  « Infirmier » J'ai évalué 2 livre(s).

8.00 Appréciation Globale       9.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : roman qui par le mélange des thèmes (érotique et religieux) permet une lecture originale au lecteur de polar

Ce que j'ai particulièrement apprécié : un sujet relativement original, un polar érotico-religieux qui sort de l'ordinaire

Style littéraire : très bien écrit, écriture fluide très agréable à suivre

Ce que je pense des personnages : personnages assez fouillés surtout le premier couple adultère qui à une place prépondérante dans le début du roman, peut-être la psychologie du tueur aurait pu être un peu plus étudiée...

Ce que je pense du thème général du livre : comme déjà dit, thème original qui tranche avec les thèmes classiques du polar

Ce livre ferait-il un bon film ? : oui, assurément

***

Fiot Daniel 64 ans / villars les dombes Genres évalués : Aventure Régional Policier Thriller Histoire  Inscrit(e) le : 29-Jan-2013 « enseignant » J'ai évalué 88 livre(s).

8.00 Appréciation Globale       8.00 Appréciation Littéraire 

En une phrase : Bon policier

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Beaucoup de réflexions sur la religion et les rapports humains

Style littéraire : Bon style

Ce que je pense des personnages : Bien campés

Ce que je pense du thème général du livre : Le fanatisme religieux entraîné des dérives graves

Ce livre ferait-il un bon film ? : Oui en téléfilm

***

Lemiere Eric 63 ans / Chouzé sur Loire  Genres évalués : TOUS LES GENRES Inscrit(e) le : 20-Feb-2013 « retraité » J'ai évalué 51 livre(s).

10.00 Appréciation Globale         10.00 Appréciation Littéraire

En une phrase : Un excellent polar, qui saisit son lecteur et ne le lâche pas avant le point final.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Le style, vivant il utilise fréquemment le présent de narration. Les descriptions sont lisibles, chacune dessine un petit tableau.

Style littéraire : Rien à redire sur le style et le vocabulaire qui sont deux des éléments accrocheurs de ce roman. La langue français est maîtrisée.

Ce que je pense des personnages : Ils sont bien dépeints, et leurs rôles servent bien le récit. Dommage que toutes les épouses soient sur le même moule (alors que les maîtresses sont plus variées) qu'aucune de ces femmes ne soit l'élément adultère du couple. Un autre cliché la fidélité supposée des femmes.

Ce que je pense du thème général du livre : Très bon, déjà utilisé mais c'est toujours un bon vecteur de polar noir.

Ce livre ferait-il un bon film ? : oui sûrement.

Publié dans Comité de Lectures

Partager cet article
Repost0

2ème prix des Arts Littéraires de Saint-Orens 2020 Bernard Cazeaux...

Publié le par Evy

2ème prix des Arts Littéraires de Saint-Orens 2020  Bernard Cazeaux...

V I C T O R 

2éme Prix dans la catégorie Roman

Salon International des Arts Littéraires

de Saint-Orens 2020

 

Commentaire de lecture du jury

Victor, personnage éponyme, est-il, comme nous le suggère le titre,

le véritable héros ?

Le roman, à ce sujet, nous réserve bien des surprises.

Le lecteur est tenu en haleine entre deux périodes qui alternent dans le récit , juillet 2003 et novembre 2006. Chacune correspond à la mort respective des deux personnages au cœur de l'histoire : le premier,

Jean Ortalier, considéré comme un vrai père de substitution, le second, Victor Delgades, père biologique de Charles, le narrateur.

À travers le regard de ce dernier, nous découvrons des portraits très contrastés.

À la bonté et à la modestie de Jean, le jardinier, qui cultive « les fleurs du bien », s'oppose la duplicité de Victor, écrivain à succès, flamboyant en société mais pétri de vanité et indifférent aux siens. 

Tandis que Victor va devenir le mouton noir de sa lignée, Jean, dont les liens étroits avec la famille Delgades remontent à la génération précédente, apparaît comme un être bienveillant et attachant. Sa présence rayonnante occupe une place centrale dans la vie de Charles et de sa mère, elle aussi brisée par la dureté et le mépris dont Victor a fait preuve à leur égard.

À l'intérêt suscité par ces figures antithétiques s'ajoute la curiosité éveillée par l'enquête consécutive au décès spectaculaire de Victor, retrouvé avec un glaive romain planté dans la poitrine.

Comment expliquer la mort, le jour de l'attribution du Goncourt, de cet écrivain lui-même lauréat de ce prix dix-huit ans auparavant ? L'aversion que, depuis longtemps, Charles a nourrie envers son père suffit-elle à le transformer en principal suspect ? Le récit, émaillé de rebondissements, brouille parfois les pistes en maintenant le suspense jusqu'au coup de théâtre final.

Et de façon très originale, la littérature impose son rôle de protagoniste dans le déroulement de l'intrigue.

En effet, une partie du roman est consacrée à la lecture des cahiers de Jean, le jardinier passionné par les livres, qui a tenu la chronique des événements s'inscrivant dans son histoire familiale et l'Histoire du vingtième siècle.

Grâce à ce témoignage, révélant un réel talent d'écriture, le passé est, peu à peu , dévoilé. 

Il apparaît ainsi que plusieurs générations de Delgades se sont illustrées dans le domaine de l'édition. Et ce goût prononcé pour les lettres s'est aussi manifesté, au fil des naissances, par le choix d'un prénom placé sous le signe des grands auteurs : tour à tour, Honoré, Gustave, Victor et Charles rendent hommage à Balzac Flaubert, Hugo et Baudelaire.

De l'ouverture du roman évoquant l'obtention glorieuse du Goncourt 1988 à

La révélation finale, le lecteur pénètre dans les arcanes de la création littéraire. 

En coulisse, sont tapies machination et imposture. Des policiers chez les Goncourt, aventure inédite !

La littérature reste bien le personnage central de ce roman palpitant. 

Partager cet article
Repost0

Biographie  Bernard Cazeaux...

Publié le par Evy

Biographie   Bernard Cazeaux...

Biographie 

Bernard CAZEAUX

 

C:\Users\Utilisateur\Pictures\Photo Dépêche 4.jpg
 

Après une carrière professionnelle dans divers secteurs, je suis devenu enseignant. J’ai toujours éprouvé le plus grand plaisir à écrire et me suis lancé dans la rédaction de romans qui permettent de donner libre cours à l’imagination et d’explorer la complexité des personnages.

J’ai également rédigé des nouvelles et des textes pour enfants, ainsi que des poèmes. 

Je suis auteur sociétaire de la « Société des Poètes Français ».

 

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>