Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Fabuleuse Histoire du Rassemblement autour de Bugarach...

Publié le par Evy

La Fabuleuse Histoire du Rassemblement autour de Bugarach...

La fabuleuse histoire du rassemblement autour de bugarach

 

De l'Auteur Gérard Baylet

 

Envie de le lire: à commander directement chez l'auteur (lien ci-dessous). laissez vos coordonnées par mail et votre adresse. En  retour je vous donne la mienne pour le règlement ....+ frais d'envoi

ges.baylet@gmail.com

 

Idée cadeaux pour les fêtes ou pour le plaisir dédicacé

D'autre choix lien ci-dessous

 

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/G%C3%A9rard%20Baylet/

Partager cet article
Repost0

Nous sommes dans la dernière ligne droite vers Noël...

Publié le par Evy

Nous sommes dans la dernière ligne droite vers Noël...

Nous sommes dans la dernière ligne droite vers Noël. Nous sommes probablement tous dans la même situation, il nous reste quelques cadeaux à faire et plus le temps passe, plus la situation est désespérée. 

Je tiens donc à vous rassurer : dans ce blog il y à probablement votre meilleur cadeau de dernière minute   (pour les adultes et les enfants ).  

Grâce à vous vos proches recevront un livre choisi rien que pour eux Dédicacé 
 Vous avez donc l'assurance de faire un super cadeau !!

Bref, je ne vais pas vous tenir plus longtemps, mais tout cela pour vous dire de ne pas hésiter à penser à nous en cette période de fêtes !


Nous vous souhaitons une très belle soirée et un splendide week-end.

Les Auteurs Occitans & Catalans..

Pour faire vivre la Littérature Régionale. Auteurs de fictions, Romanciers, Poètes, Auteurs de Théâtre, Terroir et Traditions, Patrimoine, Histoire, Jeunesse, Évènements...

Grand choix lien ci-dessous

Partager cet article
Repost0

Koffi : a force de courage, il a réussi... histoire Robert Mondange... 

Publié le par Evy

Une fois de plus j’ai changé les prénoms pour préserver l’anonymat, mais s’il lit cet article le héros de cette histoire se reconnaîtra et il pourra en être très fier. 

 

KOFFI : a force de courage, il a réussi. 


Mon prénom est Koffi. Je suis né à la maternité d’Adzopé. Mon père, Yao, a été un grand planteur d’Assikoi. Ma mère Akissi était une femme courageuse et une bonne ménagère. J’avais deux ans quand mon père est décédé. Maman faisait tout ce qu’elle pouvait pour m’assurer une bonne éducation. Malheureusement, elle souffrait de diabète et les soins étaient très coûteux. Maman me câlinait beaucoup. A l’âge de cinq ans, je l’accompagnais aux champs et je l’aidais dans les tâches champêtres en pleurnichant. À six ans, j’ai eu le plaisir d’avoir un bout de champ pour faire des cultures vivrières. Je faisais cela pour mon grand frère Antoine, qui était au collège. En retour, lorsqu’il venait en congé il m’apportait des vêtements, des gâteaux, du pain. Antoine avait besoin de mes produits agricoles, car il n’avait comme ressources que ce que pouvait lui donner le reste de la famille. Mon deuxième coup dur a été le décès de ma maman. Je suis devenu orphelin. Je fus recueilli par ma tante Géraldine. Je me battais pour survivre, ma principale activité était la pêche et la chasse aux oiseaux. Cela dura deux ans. Puis, je fus arraché à ma tante, après décision de mes grands frères pour aller vivre à Adzopé avec Antoine qui était au lycée. Mais mon année scolaire, que j’ai effectuée à l’école catholique d’Adzopé a été perturbée par la grève des enseignants. C’est ainsi que je fus envoyé, à Ferkessedougou une ville située au nord de la Côte d’Ivoire à sept cents kilomètres d’Assiokoi. Ferkessédougou est, du point de vue de son importance démographique, l'une des plus grandes villes du District des Savanes au nord de la Côte d’Ivoire, dont le chef-lieu est Korhogo. Je réussi mon entrée en 6ième et je fus orienté au collège moderne de Korhogo à une soixantaine de kilomètres de Ferkessedougou. J’y ai passé deux années puis, au décès de mon tuteur, je suis entré en 4ième  à Agboville. J’avais une seule ambition, exercer les arts plastiques. Fasciné par l’enseignement artistique, je me suis présenté au concours de l’école technique artistique de Bingerville et j’ai réussi. Aujourd’hui, je fabrique des objets d’arts aussi bien prisés à Abidjan qu’à Assikoi.

 

 

Envie de lire l'Auteur Robert Mondange 

Une idée cadeau pour les fêtes ou le plaisir 

Ci-dessous le lien pour commander ses  livres...

robert mondange - Auteurs Occitans & Catalans (over-blog.com)

Partager cet article
Repost0

Roman, Arietta Opus 111 Nicole Bernard Villa...

Publié le par Evy

Roman, Arietta Opus 111  Nicole Bernard Villa...

La vie de Nicole BERNARD VILLA est double, partagée entre un métier de professeur de piano à Foix et à Mirepoix et un autre métier d'exploitante d'un verger de noyers.

Bien sûr, comme toutes les autres femmes ayant charge de famille, elle a évidemment une multitude d'autres métiers comme cuisinière, agent d'entretien, blanchisseuse, secrétaire etc... que nous avons plutôt l'habitude d'appeler des "activités".
Forcément comme l'écriture est une partie de sa vie, ces "métiers" et diverses "activités" ne lui laisse pas beaucoup de temps de loisirs pour les réseaux sociaux et autres vacances étrangères.
Pour autant elle voyage tout le temps dans la vie de ses personnages qui lui permettent de vivre toutes ces vies qu'elle aurait tant aimées partager pour certaines et qui la consolent de n'avoir été l'héroïne que de la sienne...
 
Une idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir 
 

 

ARIETTA Opus 111  est consultable sur le site de CoolLibri.
(Il est possible de le télécharger en version e-book.)
 
Pour vous procurer ce roman, il suffit d'en faire la demande par mail à
Vous le recevrez avec une petite dédicace et l'adresse de l'auteur pour paiement.

 

 

Ce roman, ARIETTA Opus 111, a été inspiré à N. Bernard Villa par la trente-deuxième et dernière sonate pour piano de Beethoven.

 

C’est une évocation passionnée de la force de vie contre une mort certaine, où l’espoir est une quête absurde et magnifique à laquelle le compositeur ne renoncera jamais malgré le pire des destins qui lui a été dévolu, la surdité.

 

C’est au cœur de cette musique que Thomas. B, pianiste aussi solitaire que célèbre dans le monde entier, et une fillette de onze ans, Marie-Magdalena, « mi-oiseau, mi-jasmin », perdue dans un destin sans issue, vont s’approcher et avoir besoin l’un de l’autre dans leur identique solitude.

Peu à peu la gamine sans avenir va suivre cet improbable chemin de la musique et de la mer aux côtés de l’artiste étrange, qui lui permet d’imaginer une autre mémoire, une autre éternité.

 

Beethoven voulait consoler le monde avec sa musique… il a donné sa force à ces deux là pour affronter leur impossible destin dans cette joie dérisoire mais superbe qui les unit à jamais….

 

Il n’est point besoin de connaître la musique, pas plus que la mer… il suffit de vouloir écouter, voir, et rêver… seulement rêver…

Partager cet article
Repost0

Extrait de "Chroniques du Sud-ouest - Histoires campagnardes Bernard Cazeaux... d'antan"

Publié le par Evy

Extrait des Chroniques du Sud-ouest
Histoires campagnardes d’antan
Le tas de fumier

Emblème incontournable de la ferme d’antan qui ne connaissait pas les pudeurs d’aujourd’hui, le tas de fumier s’exposait à la vue de tous, sans provocation ni indécence.

Il était le fruit d’une corvée aussi quotidienne que fastidieuse. Chaque matin, avec fourche et brouette, le paysan évacuait les bouses tombées dans la paille « au cul des vaches et des bœufs ». Un mélange lourd et malodorant qui imprégnait bottes, sabots et vêtements. Une odeur qui envahissait la ferme, y compris l’habitation du paysan qui jouxtait souvent l’étable afin de profiter de la chaleur des bêtes ; une simple porte se contentant de séparer l’étable de la salle principale de la ferme. 

Les lourdes brouettes pleines de fumier devaient être extraites de l’étable et vidées dehors sur le tas de fumier. Raison pour laquelle ledit tas se trouvait au plus près de l’étable afin d’éviter des trajets éreintants. Tout le monde était habitué à cette promiscuité. Il n’y avait guère que le touriste de passage pour pincer du nez en entrant dans la cour d’une ferme.

Au sujet du tas de fumier de la ferme me reviennent deux anecdotes étonnantes. 

*

La première, impliquant une touriste, date d’une trentaine d’années.

Un agriculteur voisin me fournissait en pain qu’il fabriquait lui-même de manière artisanale. Il élevait aussi de magnifiques porcs noirs gascons qui vivaient en plein air. Sa charcuterie hors du commun était, comme on dit, à s’en lécher les quatre doigts et le pouce. Alors que nous discutions de l’élevage des porcins tout en admirant les truies suitées de superbes porcelets qui s’agitaient dans les prés, nous en vînmes à parler de certains de ses clients. C’est ainsi qu’il me fit un jour ce récit.

Avant de poursuivre plus avant mon propos, je me dois de procéder à une précision sémantique. Il faut savoir que pour tous les habitants des campagnes du sud-ouest de la France, et depuis toujours, le touriste qui « parle pointu » est automatiquement identifié comme un Parisien. 

Une « Parisienne » donc, femme entre deux âges, coquette et apprêtée, venait régulièrement chez mon voisin pour acheter des œufs. De ces bons œufs frais de ferme qui ne sont pas pondus par des poules martyrisées dans des cages exigües et nourries exclusivement d’aliments industriels. 

Pour elle l’opération relevait du safari en « terra incognita ». Elle débarquait au volant de sa voiture immaculée qu’elle garait à l’extérieur de la cour de ferme, depuis qu’un jour elle avait retrouvé un énorme dindon perché sur le capot de la limousine. Capot qu’il n’avait consenti à quitter qu’après avoir lâché d’un air dédaigneux une énorme, liquide et odorante fiente que l’agriculteur s’était empressé de nettoyer avec un seau d’eau promptement jeté sur la carrosserie. La dame n’eût pas été plus effarouchée, chargée par un éléphant au Kenya.

Après avoir quitté son véhicule, elle s’aventurait à l’extérieur en posant ses pieds manucurés avec les précautions d’un évadé qui traverse un champ de mines. Mais l’appel des œufs frais, dont « elle raffolait à la coque avec des mouillettes », disait-elle en minaudant comme une gamine, avait raison de son appréhension.

Elle s’en régala tant et plus jusqu’au jour où, enhardie par l’habitude, elle prolongea sa découverte aventureuse plus avant dans la cour. Ce fut là qu’elle aperçut, stupéfaite, choquée même, ses pourvoyeuses d’œufs perchées sur le tas de fumier qui se trouvait à l’arrière des bâtiments. 

Les gallinacées s’en donnaient à cœur joie avec force gloussements et caquètements, grattant et fouillant avec entrain de la patte et du bec la masse malodorante pour en extraire des vers appétissants ou des grains pas digérés. 

Portant la main à son cœur, les yeux écarquillés et la bouche en cul de poule, la pauvre femme faillit avoir une attaque en découvrant que les pondeuses se nourrissaient aussi dans le tas de fumier. Elle trouva cela fort dégoutant, au point de cesser séance tenante ses achats d’œufs. 

Philosophe, l’agriculteur me dit en rigolant : « je me demande si elle sait que les œufs leur sortent du trou du cul ? »

 

Une idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir

Envie de le lire: à commander directement chez l'auteur (lien ci-dessous). laissez vos coordonnées par mail et votre adresse. En retour je vous donne la mienne pour le règlement ....+ frais d'envoi

bernardcaz@hotmail.com

D'autre choix lien ci-dessous

https://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/tag/bernard%20cazeaux/

Partager cet article
Repost0

Poème qui dénonce les violences faites aux femmes Bernard Cazeaux ...

Publié le par Evy

Poème qui dénonce les violences faites aux femmes.

 

Domination.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ignore.

La haine et la folie ignorent la raison.

En confondant les mots amour et

possession,

Les affres du tourment germent dans

l’esprit mort.

 

Quand d’un MA possessif devant fiancée

ou femme

Il clôture d’un mot cette propriété,

Il nie à celle-ci sa part d’humanité

Pour mieux la séquestrer dans sa prison

infâme ;

 

Où l’esprit aliéné devient sombre cachot,

Avec pour geôliers des barreaux invisibles

Soigneusement forgés par un pervers

habile,

Qui en subtil bourreau la ligote de mots.

 

Mais si du cœur flétri où gisent les

passions,

Renaissent lentement des fleurs de

liberté,

Ce sera d’un couteau qu’il voudra les

couper,

La vengeance et la mort pour unique raison.

 

Bernard Cazeaux 

 

Envie de lire ses livres une idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir ...Dédicacé

 

Grand choix lien ci-dessous 

bernard cazeaux - Auteurs Occitans & Catalans (over-blog.com)

Partager cet article
Repost0

Poème " Le pas " de Jean Larreta - St-Jean-de-Luz Auteur membre de l'AAA Paris

Publié le par Evy

 Tatiana Kletzky Pradère partage ce poème...

 

LE PAS

 

Un jour on fait un pas : c’est notre premier pas

Sans doute le plus beau. On ne s’en souvient pas.

Et puis, tout doucement, cela à petits pas,

Dans la vie on avance… malgré quelques faux pas.

 

A vingt ans, on apprend comment marcher au pas.

Arrive alors un jour – pourquoi ? L’on ne sait pas.

On trouve une âme sœur, et l’on unit ses pas.

La famille grandit et avance à grands pas…

 

Enfin, le dos se voûte. Plus petits sont nos pas.

Un soir, vers l’inconnu, on fait ce dernier pas

Dont on ne revient pas…

 

Soyons gais et rions ! Ne nous attristons pas !

Car demain, sur la nuit, le jour prendra le pas

QUE L’ON SOIT LA… OU PAS !

 

De Jean Larreta - St-Jean-de-Luz

Auteur membre de l'AAA Paris

 

Envie de lire les livres de Tatiana Kletzky Pradère

Une idée cadeau pour les fêtes dédicacé

Grand choix lien ci-dessous... 

tatiana kletzky paradere - Auteurs Occitans & Catalans (over-blog.com)

 

Partager cet article
Repost0

Plan-Guide De L’Ecrivain  Tatiana Kletzky-Pradère

Publié le par Evy

PLAN-GUIDE DE L’ECRIVAIN 

de Tatiana Kletzky-Pradère

Une idée cadeau pour les fêtes ou le plaisir

 

   Un manuel très attendu ! A la parution de ma biographie « La petite russe » de nombreux lecteurs me manifestèrent leur regret d’ignorer comment s’y prendre pour écrire leur propre histoire :

« Nous aimerions laisser à nos enfants la trace de notre vie ! Le temps passe si vite… » me disaient les uns.

« Une personne âgée qui meurt est une bibliothèque qui brûle ! » me disaient les autres.

 

J’ai donc repris pour eux et réactualisé mon ouvrage, une méthode éprouvée depuis 1983.

 

D:\Documents\IMG_20201108_0007.jpgD:\Documents\IMG_20201108_0006.jpg

 

C:\Users\Tatiana\AppData\Local\Temp\nsmail-2.jpg

 

Pendant sept ans, au Salon du Livre de Paris tenu au Grand Palais, je rencontrai le grand Henri Troyat que nos conditions d’enfants d’immigrés russes avaient rapprochés. De lui je tiens les précieux conseils dont je veux vous faire profiter dans mon PLAN-GUIDE.

 

Simple d’utilisation et de compréhension, truffé de nombreux exemples, il est à la portée de tous quel que soit l’âge et le niveau d’études. 

On y trouve TOUT, de la page blanche à l’apparition en librairie.

Format 14,5 x 21 cm

130 pages – Prix 18 € + frais de port 

Pour l’envoi d’un ouvrage dédicacé, merci de m’adresser votre règlement à mon adresse 

5 Avenue de Cancilla 11500 QUILLAN. 

Vous le recevrez par retour du courrier.

Partager cet article
Repost0

Atelier de " Décembre " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Publié le par Evy

Atelier de " Décembre " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Défi ouvert à tous

Pour occuper vos journées

 Du 01/12/20 au 31/12/20

 

Vous faites comme ça vous arrange

Même si vous dépassez je mets à jour régulièrement

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Parler de

--- Vos lectures

--- Livre qui vous à marqué

--- Qu'en pensez- vous ???

Vos participations

Merci de participer pour faire vivre le blog 

Atelier de " Décembre " Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

RÉSUMÉ

Une idée pour la réalisation d'un système féerique, même difficilement crédible, et sa concrétisation en une machine inimaginable. une obsession.

Un emploi dans une entreprise sympathique, une famille unie, une épouse qu'il adore et trois fillettes au lycée.

Une mise en examen et une incarcération pour un crime qu'il n'a pas commis. Un divorce soudain lui fait mal.

Il se plonge alors dans la réalisation de son idée. Des liaisons féminines sans suite le déconcertent. Des actions avec les médias pour faire connaître son invention avancent doucement et les menaces de mort qu'il reçoit lui font peur.

Son appareil dérange. Une solution est-elle possible ?

Publié dans Atelier de lecture

Partager cet article
Repost0

Atelier d'écriture n°5 : Thème " La Lettre au Père Noël " Liste des mots ...

Publié le par Evy

Merci Gigi pour le Logo

Merci Gigi pour le Logo

J'organise chaque semaine un atelier d'écriture

Vous avez le choix dans la liste ci-dessous et la semaine pour le faire 

D'écriture, Poésie, Acrostiches, Citations, texte d'Auteurs, Haïku,  prose etc...

De créa  d'image, de gif, de photo, peinture, dessin, Vidéo, musique Reportage etc...

Ayant pour règle un thème imposé

Où 10 mots

Ouvert du Dimanche au Dimanche  

Vous faites comme ça vous arrange

Même si vous dépassez la semaine

Un grand bravo aux participants 

Cette semaine le thème du 13/12/20 au 20/12/20

C'est " Lettre au Père Noël  "

--- Les 10 mots

Enfant, Féerie, Noël, Amour, Généreux, Famille, Main, Cœur, Magie, Regarder...

On peut conjuguer , mettre au pluriel ou singulier

et ou féminin , masculin, ou féminin ou masculin...

Merci de participer pour faire vivre ce blog 

Atelier d'écriture n°5 : Thème " La Lettre au Père Noël " Liste des mots ...

Ma participation

 

Lettre au Père Noël


Je ne suis plus une enfant, j'ai grandi !
Pour moi la
féerie de Noël, c'est ;
Un
Noël d'amour comme on l'aimerait chaque jour,
Se tenir par la
main sans penser au lendemain,
Offrir son
cœur, donner son amour en cette belle journée
Sans se demander ce qui arrivera demain...!


Généreux avec tes amis,
Aux
familles déchirées,
Aux gens qui n'ont pas de quoi manger
Aux personnes seules.... Offre ta
main,
Ouvre ton c
œur et donne sans demander de retour !
Aux
enfants, pour cet instant magique
Quand sous le sapin ils découvrent leurs cadeaux.


C'est un jour de fête !!!
La
magie de Noël est dans le cœur de tous , même des grands
Il suffit de bien
regarder avec les ...Yeux de l'Amour...

Evelyne Genique 

Publié dans Atelier d'écriture

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>