Rouge Ocean – Marie-P. Nadal 9 & 10ème partie...

Publié le par Evy

 

ROUGE OCÉAN – Marie-P. NADAL

L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt auprès de Copyright-France.

Crédit photos : LH K-rine

EPISODES  9 et 10 (exceptionnellement)

Il y a des matins qui chantent, celui-ci promettait un requiem. 

La croisière festive et reposante allait prendre une tournure macabre, le navire devenant, peu à peu, une vaste morgue navigante. 

Le commandant avait été quémandé par une passagère à la recherche de son époux. Un steward l’avait amenée au bureau de ce dernier. 

— Calmez-vous, madame ! Que vous arrive-t-il ? 

— Je n’ai pas vu mon mari depuis le dîner. Il est sorti de table et depuis, plus rien.

Une corne de brume souffla dans l’esprit du chef de bord. Il allait connaître le nom du mort qui avait squatté son bureau. 

— Vous êtes madame ?

— Stanford. Mon mari est Jerry Stanford. C’est un ancien sergent des Marines. Retrouvez-le, supplia-t-elle. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. Il est parti avec une bouteille de vin, il m’a dit qu’il avait vu un ami et qu’il allait le saluer.

Roy tenta de rassurer sa passagère. 

— Il est peut-être endormi quelque part, on va le retrouver. Vous êtes dans quelle cabine, Madame ? 

— La 236, sur le pont Sud.

Il s’approcha d’elle et posa la main sur son épaule.

— Rentrez dans votre cabine, on vous appelle dès que l’on sait quelque chose. 

La femme acquiesça et sortit en silence. 

Sans attendre, le chef de bord bipa Halona et se rendit chez le médecin.

Il n’était pas encore sur place lorsque la jeune femme l’appela. Il lui signifia les nouvelles et la pria de le rejoindre chez le médecin, après avoir récupéré Scott.

Le jeune homme, les bras en croix sur son lit douillet, ne s’attendait pas à une surprise matinale. 

Halona, pourvue d’un passe général, pénétra dans la cabine et se jeta littéralement sur le policier. 

— Scott ! Scott ! Réveille-toi ! hurla-t-elle en le secouant.

Celui-ci sauta dans le lit comme pris d’une crise d’épilepsie soudaine. 

— Quoi !!!! cria-t-il. Ça va pas non ? Vous avez de drôles de manières ici ! Ils sont en option ces réveils ?

— Lève-toi, le commandant nous attend chez le toubib. 

— Quoi ? dit-il en plissant les yeux.

La connexion était visiblement hasardeuse. 

— Lève-toi, je te dis ! Fissa ! On sait qui est le second mort !

Le beau blond s’assit sur le lit et se gratta le crâne. Tout en bâillant, il demanda à la belle brune de bien vouloir se tourner. 

— Pourquoi ? 

— J’ai les joyeuses à l’air !! Tourne-toi, ch’uis à poils ! 

— Ah ça va ! J’ai déjà vu le film ! Allez, dépêche-toi !

La jeune femme dégagea le drap pour activer le saut du lit.

— Putain, mais tu me les gonfles, de bon matin ! râla le pudique.

— Elles n’en ont pourtant pas besoin ! rétorqua-t-elle, son regard malicieux parcourant un « trois pièces » parfaitement bien proportionné. 

Le jeune homme souffla sa lassitude et se leva pour aller prendre une douche rapide. 

— Je t’attends chez le toubib ! hurla l’espiègle, encore rêveuses et affichant un sourire qui ne la quittait pas. 

Ses pas la rapprochèrent de la bibliothèque devant laquelle elle passa sans s’arrêter. Il était encore tôt pour nourrir les neurones, personne n’y était encore allé s’instruire. Personne n’avait encore vu ce que la porte cachait si bien. 

Celle du cabinet médical était bien ouverte, elle. Les deux hommes discutaient de comment dire les choses à une femme en détresse. La présence d’Halona les rassura. 

— Nous connaissons le second mort ? questionna-t-elle en pénétrant dans la pièce blanche. 

— Oui, ce doit être Monsieur Stanford, son épouse est inquiète, elle ne l’a pas revu depuis le dîner d’hier soir. 

La jeune femme scruta la liste des passagers. 

— Lui et son épouse sont au pont Sud, cabine 236, précisa-t-elle.

Ses yeux grandirent à la lecture du document. 

— Commandant, ils étaient à la table voisine du premier mort.

 

 

ROUGE OCÉAN – Marie-P. NADAL

L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt auprès de Copyright-France.

Crédit photos : LH K-rine

EPISODE 10

Scott fit son entrée dans le cabinet médical, le cheveu fou et l’œil vif. 

— Ah t’es là toi ! se moqua Halona. Et joliment habillé, en plus ! 

— Ouais, je pète le style ! Pourquoi je suis là ? demanda-t-il. 

La jeune femme alla de ses explications.

Après une courte réflexion, Scott donna ses directives :

— OK ! On va commencer à mettre à part le nom des passagers des deux tables. Je vais chercher des empreintes sur le couteau.

— J’irai aux cuisines pour trouver de la farine, proposa Halona. 

— Ça marche. Commandant, il va falloir penser à informer les passagers.

— Jamais ! s’écria ce dernier. C’est pas le moment de créer la pani…

Son talkie-walkie se fit entendre. Un steward hurlait au bout des ondes : 

— Commandant !! Commandant !! C’est horrible ! Venez à la bibliothèque, vite !

Les quatre se précipitèrent comme un seul. Tous se doutaient de ce qu’annonçait cet appel, coutumiers depuis peu, de l’ambiance mortifère qui planait sur le beau vaisseau bleuté. 

Une femme vidait ses poumons de hurlements successifs, le steward tentait de la calmer, sans résultat. 

Scott pénétra le premier dans la bibliothèque. Il tourna vite les talons, retenant Halona.

— Non ! N’y va pas, c’est une boucherie, là-dedans !

Puis s’adressant au médecin, bon dernier de la course : 

— Doc ! Allez-y ! Je vous rejoins. 

Le commandant ressortit sitôt entré, courant vers les toilettes proches. 

— Laisse-moi entrer ! s’écria Halona. 

— Non chérie, c’est trop dégueu ! Occupe-toi de la femme, elle va nous piquer une crise de nerfs. 

La jeune femme n’insista pas. Scott put entrer à son tour, pour rejoindre le médecin. 

— Quelle belle journée, hein ? Doc ? Du rire, des jeux, j’adore cette croisière, pile poil dans mes cordes !

L’homme de science était plus blanc que la page d’un écrivain sans inspiration. 

— J’ai rarement vu un tel étalage de monstruosités, marmonna-t-il, sous le choc. 

— Vous n’aimeriez pas le Bronx ! se moqua Scott.

— Le pauvre type n’a pas eu le temps de se défendre. Ça n’a pas été difficile de le descendre. 

— Ouais, ce mec devait rayer la baignoire, il est taillé comme un bâton de sucette. 

Le médecin afficha un air d’incompréhension totale. Ses cours d’anglais se limitaient au langage courant, pas familier de la banlieue newyorkaise.

— Je vous demande pardon ? 

— Il est maigre ! Désolé, Doc, j’oubliais votre accent français, répondit le jeune new-yorkais en lançant un clin d’œil.

Il s’accroupit pour constater les dégâts et examiner la scène. Il ôta son tee-shirt pour récupérer l’arme, une clé à molette.

— Je doute de trouver une empreinte, mais on sait jamais, ajouta-t-il. 

Halona pénétra dans la pièce, horrifiée à son tour. 

— Scott, mon dieu, Scott ! lança-t-elle, au bord de l’évanouissement.

Il se retourna et vociféra pour lui épargner ce paysage peu ragoûtant. 

— Sors de là ! C’est pas ta place ! Occupe-toi de la femme !

Elle courut vers le couloir, en pleurs, croisant le commandant qui revenait à vide.

— Que lui avez-vous fait, bon sang ? s’enquit-il. 

— Il vaut mieux qu’elle ne voie pas ce carnage, non ? 

Le lieutenant s’était relevé, tenant l’objet lourd, dans son tee-shirt. 

— C’est quoi ? dit le patron.

— L’arme du crime, une clé à molette. 

Scott regardait l’arme et la bibliothèque qui les entouraient. Il analysa chaque élément de chaque meurtre et son visage blanchit soudain.

— Vous ne vous sentez pas bien lieutenant ? s’inquiéta Roy. 

Le jeune officier leva lentement sa tête et ses yeux bleus regardèrent le commandant, horrifiés. 

— Mais bon sang, qui a-t-il ? insista ce dernier.

— Ce fumier nous fait une partie de Cluedo. 

 

Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan







 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article