Rouge Ocean – Marie-P. Nadal 6ème partie...

Publié le par Evy

ROUGE OCEAN – Marie-P. NADAL

L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt auprès de Copyright-France.

Crédit photos : LH K-rine

Episode 6

La machine était en route et pas seulement celle du paquebot. Le navire voguait comme si la sérénité et l’amour de son prochain faisaient partie intégrante de l’ambiance.

Scott inséra son glock dans son étui de cuir qu’il passa tel un gilet, sur son tee-shirt.

Halona frappa à la porte de la cabine restée ouverte. Scott se tourna vers elle, surpris dans ses pensées.

— Tu comptes t’en servir ? Dit la belle, posant ses yeux sur l’arme un peu trop visible.

— On n’a pas affaire à un enfant qui mérite une fessée ! S’il le faut, bien sûr, je m’en servirai.

— Comment dire, il est très visible, mets un sweat dessus ou une veste, tu vas effrayer les passagers. Et puis, tu es certain que c’est un meurtre ?

Le jeune homme s’exécuta. Il prit un léger blazer et l’enfila.

— Ça va comme ça ? Dit-il, écartant ses bras.

— Parfait !

— Si j’en suis sûr ? Le commandant va te demander un service. Il va falloir que tu me donnes la liste des passagers, et surtout les noms de ceux qui étaient à la même table que les morts.

— Les ? Morts ?

— Oui, y’en a un autre dans son bureau. Ça va être la foire aux macchabées !

La jeune femme ne sut que répondre, abasourdie par l’information. Scott la prit par le bras et tous deux sortirent de la cabine.

— Allons dans ton bureau, proposa le jeune homme.

— Mon bureau ? C’est ma cabine, rétorqua la belle indienne.

— Allons-y !

Le duo changea de pont pour se rendre à l’étage du personnel.

Scott vit une connaissance qui s’approchait entre deux couloirs.

— Ah merde ! Lança-t-il, avant de coincer Halona contre une cloison pour l’embrasser avec la fougue d’un puceau en rut.

La jeune femme se dégagea… Après avoir tout de même apprécié le baiser.

— Qu’est-ce qui t’a pris ? S’insurgea-t-elle.

— Désolé, la femme au chapeau, elle est passée ?

— La capeline rouge là-bas ?

— C’est ça ! C’est une veuve que j’ai serrée pour meurtre. Elle me kiffe, depuis. On peut dire que cette femme a le deuil fantasque.

— Quoi ?

— Le jarret nerveux, une nympho quoi !

— Je vois. Mais, elle est dehors ?

— Elle n’est jamais « entrée » si tu veux savoir. Un excellent avocat, quelques jeux de jambes, et je suis poli, un bénéfice du doute et hop ! Acquittée ! Je suis persuadé qu’elle a flingué son mec. Une balle dans le caisson, adieu ! Au suivant, j’ouvre de bonne heure !

— Délicieuse !

La discussion les amena à la porte de la cabine. Ils entrèrent et Scott put admirer la féminité qui se dégageait des murs. Il en fut émoustillé.

— Ferme la bouche Scott ! C’est juste quelques bibelots pour donner une note personnelle.

La belle avait déjà allumé son ordi et recherchait les listes.

— Filtre par table ! S’écria Scott.

— Pas de souci.

Elle s’arrêta sur celle qui contenait la première victime.

— Le pauvre gars qui a été empoisonné était un colonel à la retraite, affirma la jeune indienne.

— Quand on saura qui est le second et ce qu’il foutait dans le bureau du patron, on aura déjà une piste… Ou pas !

— Les passagers de cette table n’ont pas l’air de tueurs en puissance. Il y a un commercial, une enseignante, un club d’échecs de six personnes, un mannequin et son photographe.

— Tu sais, personne ne peut soupçonner un tueur en série. C’est un mec ou une femme à l’apparence tout à fait normale, jusqu’à ce qu’ils ondulent du bulbe.

— Ils sont fous ?

— Ben, en général non, ils savent très bien ce qu’ils font. Ça peut être une pulsion ou un jeu. Ils savent pourquoi, nous non. Il n’y a qu’eux pour connaître le mobile. C’est pas comme si un mec en tue un autre pour du fric ou parce qu’il en pince pour sa femme. Non, là c’est autre chose et c’est plus compliqué.

— Tu as l’air d’en savoir un brin sur les tueurs en série.

— Disons que j’ai flirté avec un copain de Jack l’Éventreur. J’ai connu plus sympa !

Un regard admiratif se posa sur le jeune homme, visiblement secoué par un souvenir encore bien présent.

— Merci Halona ! La liste est longue, mais avec un peu de logique et beaucoup de travail, on va y arriver.

Le portable de la jeune femme signifia sa présence par une musique douce.

— C’est le commandant qui va t’annoncer une bonne nouvelle, souffla Scott.

— Oui, commandant, je suis avec lui, nous avons commencé à éditer les listes. J’arrive.

Elle raccrocha et prit les documents.

— Je t’accompagne, dit Scott, il doit savoir qui est le second cané.

— Ça t’arrive d’être un peu compatissant ?

— Quand je dors !



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article