" Rouge Océan Feuilleton " Marie-Pierre Nadal

Publié le par Evy

Chers amis,

Je vous donne rendez-vous, tous les vendredis, pour un

feuilleton sur le groupe FaceBook « 66 infos libres » :

ROUGE OCEAN

J’y dévoile un récit de mon cru, quasiment en direct. 3600 signes hebdomadaires pour vous faire frissonner et rêver devant le paysage océanique illustrant une croisière pas comme les autres, à la pointe du triangle des Bermudes.

Des meurtres vont être perpétrés, sans mobile apparent,

sans aucun lien, et surtout, sans la moindre mansuétude.

Accompagnez-moi dans ce voyage si singulier, que vous

n’en reviendrez pas !

Frissons garantis.

(Retrouvez-moi également sur ma page FaceBook dédiée à

l’écriture : https://www.facebook.com/mpnadal/

ou Marie-P. NADAL-Auteure)

 

7 ème épisode, pour l'apéro !
 
(vivez le prochain, dans la peau du tueur)
ROUGE OCEAN – Marie-P. NADAL
 
L’œuvre est protégée par le droit d’auteur et a fait l’objet d’un dépôt 
auprès de Copyright-France.
Crédit photos : LH K-rine
 
 
Episode 7
 
Le commandant était en compagnie du médecin, 
abasourdi par le nouveau décès.
— Pour mon premier voyage, ça commence fort ! dit ce dernier en manipulant son client. Vous ne m’aviez pas dit que vous organisiez des jeux de rôles !
— Vous m’en voyez désolé, Docteur, ceci est bien loin de m’amuser.
— Il n’y a pas grand-chose à dire, mais je peux vous certifier qu’il est mort sur le coup. On a bien visé, en plein cœur. Vous le connaissiez ?
— Pas du tout, j’ignore ce qu’il faisait ici, d’ailleurs. 
Tout le monde ne connaît pas l’emplacement de mon bureau.
— Il venait peut-être vous voir parce qu’il connaissait le premier mort, et peut-être même son assassin !
— Vous concluez bien vite, Docteur.
Le médecin continuait à examiner le corps :
— Moui, j’aime les romans policiers.
— Faudrait réduire la cadence de vos lectures.
 Ça risque de vous donner des idées !
La porte s’ouvrit pour laisser entrer le duo de charme.
— Stoppez les machines, prenez votre doudou ! 
Tout est bon, la cavalerie est là !
Les deux hommes regardaient les nouveaux arrivants 
comme deux mauvaises farces.
— Un peu de retenue, lieutenant, s’il vous plaît ! dit le commandant. Halona avait du mal à s’empêcher de rire.
— C’était pour alléger l’ambiance Roy, rétorqua le jeune homme. 
OK ! Alors ? Docteur, je présume ? 
Ne touchez pas le couteau, il y a peut-être des empreintes, 
s’écria-t-il soudain.
— Trop tard ! dit ce dernier. Je l’ai posé sur le bureau.
— Vous vous êtes croisés tout à l’heure, intervint le commandant, mais laissez-moi vous présenter le Docteur Pascal Fournier, 
notre médecin de bord,.Scott s’avança, main tendue.
— Enchanté Doc ! Un Frenchy ! Sympa, j’adore la France. 
Je suis le lieutenant Cameron, mais appelez-moi Scott.
— Très heureux, répondit l’homme de science, lui serrant la main.
Le lieutenant prit un mouchoir en papier dans le distributeur
 posé au coin du bureau et recouvrit l’arme pointue.
— Vous auriez du chocolat en poudre ? lança-t-il, ou de la farine ?
— Ce n’est pas le moment de faire de la pâtisserie ! s’étonna le chef de bord.
— C’est pour relever les empreintes, commandant. répondit l’officier de police.
 Si j’en trouve, je pourrais les comparer aux proches de sa table, je sais bien qu’on est un peu nombreux, mais on sait jamais.
— On doit avoir ça en cuisine, j’irai t’en chercher, rétorqua Halona, sous les yeux emplis de questions du médecin et de son patron.
— Bien ! Les politesses faites, nous pouvons peut-être commencer, continua la belle indienne. Commandant, voici la liste des passagers, avec leur profession, numéro de cabine et place à table. Ça peut être un début.
— Parfait ! s’écria celui-ci.
— Je peux déjà vous dire que le premier mort s’appelait Samuel Sheppard, 
il était colonel de la Navy à la retraite.
— Un militaire ? s’étonna Scott. Même s’il n’était pas jeune,
 il en faut, pour l’abattre. Ce mec devait savoir se défendre, non ?
— Pris par surprise, vu son âge, à première vue, 
je répondrais par la négative, ou du moins, par l’incertitude, rétorqua le médecin.
Le commandant examina la liste détaillée des passagers et lança :
— La nuit nous portera conseil. 
A chaque jour suffit sa peine, nous verrons plus clair demain. 
Nous rechercherons l’identité de ce pauvre bougre. 
Doc, faites enlever le corps, et par les mêmes personnels que pour le premier,
 voulez-vous ? Insistez bien sur leur discrétion. Merci à vous Halona.
— C’est évident, commandant ! termina ce dernier.
— Bon, ben, nous, on va se plumarder, dit Scott, à l’adresse de son accompagnante.
Puis se tournant vers les deux hommes :
— Bonne nuit les gars ! Faites de beaux rêves !
Le duo fit volte-face et regagna le couloir.
Le médecin regarda le chef de bord, soucieux.
— Je n’ai pas tout saisi et je m’interroge quant à la santé mentale de cet homme, souffla-t-il.
— Je comprends bien que pour un français, son parler peut être rébarbatif,
 je traduirai si nécessaire. Ne vous inquiétez pas Docteur, 
ne vous fiez surtout pas à sa désinvolture. 
Je crois qu’il peut être un atout dont on ne pourrait se passer. Je ne le connais pas plus que ça, mais je fais confiance à mon jugement.
— Très bien, je vous suis. Et… Se plumarder, alors ?
Les deux jeunes gens se dirigeaient vers le pont principal.
— Il n’est qu’une heure, c’est pas si tard, on va boire un verre ?
 proposa le jeune homme.
— Je croyais que tu voulais aller te coucher, se moqua l’espiègle, affichant un sourire entendu.
Scott, bien que rabelaisien en paroles, fut surpris
devant l’aplomb et la répartie de l’indienne. 
Son visage rosit légèrement.
La jeune femme sourit de plus belle, et, 
approchant sa bouche pulpeuse de l’oreille policière, elle murmura :
— À demain, beau blond !
Puis elle le laissa là, planté comme un oignon, 
après avoir tourné violemment la tête, 
projetant sa chevelure noire sur le visage poupin du lieutenant.
 
 
Marie-P. Nadal  Emoji
07 83 25 84 27
Perpignan
" Rouge Océan Feuilleton "  Marie-Pierre Nadal
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article