Idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir de le lire...

Publié le par Evy

Idée cadeau pour les fêtes ou pour le plaisir de le lire...


C:\Users\Sylvette\Documents\Partie Ecriture\Salons et autres autour\_Editeurs et salons\_Salons et Dédicaces\Photos dédicaces\2017_Mazamet_2.jpg

La Cécilia – Extrait N°1 :

Séverine arrêta sa voiture devant la maison.  Elle ouvrit la portière, aspira un grand bol d’air et sourit. Ici, tout irait mieux. Ce coin d’Ardèche avait le don de l’apaiser. Elle ne savait pas pour quelle raison, mais dès qu’elle pensait à sa maison, un sentiment de plénitude, de bien-être l’envahissait. Elle allait vite se retaper, recharger ses batteries ! Plus tard, elle repenserait à tout ça. Elle était partie sur un coup de tête.  Depuis quelque temps, rien n’allait plus au boulot et voilà qu’à la maison, cela n’allait pas non plus !  

Séverine travaillait depuis 25 ans déjà dans une banque de Montpellier.  Son bac en poche, filière scientifique, elle avait présenté divers concours dont celui permettant de devenir banquier. Elle avait brillamment remporté les écrits, comportant du français et des mathématiques. L’épreuve d’oral avait été une simple formalité.  Elle avait également remporté deux autres concours, l’un lui permettant d’accéder à une école d’infirmières réputée, l’autre à une formation en deux ans au diplôme de manipulateur en radiologie.  Mais Séverine avait soif d’indépendance.  

 Bien que cela fût tout à fait dans ses compétences (la jeune fille n’avait-elle pas obtenu son bac avec la mention bien ?), elle n’avait pas voulu s’inscrire à la fac. Elle voulait gagner sa vie. Elle ne savait pas du tout en quoi consistait le métier de banquier, mais il lui permettrait d’acquérir rapidement son indépendance, d’empocher tout de suite ses premiers salaires.  

 Elle rêvait déjà de Victor…  Ils allaient pouvoir s’installer ensemble et ne plus se quitter toute leur vie durant.  

 Victor ! Séverine secoua la tête.  Elle ne voulait pas penser à Victor pour l’instant. Elle avait besoin de temps pour pouvoir songer à son mari sereinement.  

 Elle sortit du coffre de l’auto le sac de voyage qu’elle avait rempli à la hâte avant de quitter le domicile conjugal. Elle sentit son téléphone portable vibrer dans la poche de son jean. Elle déplia le Samsung et jeta un coup d’œil sur l’écran.  

 C’était un message de Violette.  

 Aujourd’hui au bureau, Pierre, leur directeur, et Christiane, la responsable du département dont dépendait Séverine, leur avaient appris que la jeune femme avait obtenu un congé sans solde de quatre mois.

 

Envie de le lire, n’hésitez pas passer commande directement auprès de l'auteur : sylvette.faisandier.auteur@sfr.fr. Indiquez vos coordonnées par mail, ainsi que votre adresse. En retour je vous donne la mienne pour le règlement du roman (16,90€). Frais de port, marque-page et dédicace offerts.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
C'est d'abord la couverture qui m'a interpellé. Cette maisonnette cévenole m'a attiré. et je n'ai pas été déçu. a votre prochain passage je viendrai vous rencontrer pour découvrir un autre de vos titres que vous voudrez bien me dédicacer
Répondre
E
C'est avec plaisir bonne soirée
L
Bonjour, Je possède votre livre que vous m'avez dédicacé à La Librairie des Vans. C'est une très belle histoire très émouvante. Je l'ai adorée
Répondre
E
Merci de pour votre commentaire je suis ravie bonne soirée
S
Avec dédicace et marque page, c'est le cadeau parfait, unique et original. Belle lecture
Répondre
E
Merci pour le commentaire bonne journée