Extrait du livre " L'ailleurs est Ici les ritvels " de l'Auteur Catherine Barcelonne...

Publié le par Evy

Extrait du livre " L'ailleurs est Ici les ritvels " de l'Auteur Catherine Barcelonne...Extrait du livre " L'ailleurs est Ici les ritvels " de l'Auteur Catherine Barcelonne...

Idée cadeaux pour les fêtes ou pour le plaisir dédicacé...


20200919_095141.jpg

Où acheter :

https://www.fantasy-editions-rcl.com/catherine-barcelonne

 

Le combat s’éternisait. Les anneaux du monstre s’étaient inexorablement enroulés autour du corps de Sandra, lui interdisant à présent le moindre geste. Se débattant tout de même la jeune femme tentait désespérément de s’extirper de cette étreinte mortelle. Elle commença à suffoquer, aspirant la plus petite parcelle d’air disponible, mais déjà une myriade de points noirs envahissait son champ de vision. Bientôt ce serait la fin. Alors que son cœur cognait à tout rompre dans sa poitrine, une voix impérieuse gronda à l’intérieur de son crâne.

— Sandra, ouvre les yeux !

Dans un dernier effort, la guerrière souleva les paupières. Une lumière crue l’éblouit tandis qu’une énorme langue rose hydratait sa délicate peau de rousse. La gorge sèche, elle réussit néanmoins à grogner.

— Arrête Caboche !

Elle s’étaitune fois encore entortillée dans ses draps pendant son sommeil agité. Se dégageant du linceul piégeur, elle caressa la douce fourrure fauve de son chien et se tourna vers son frère cadet Armand, qui la scrutait d’un regard inquisiteur.

— Sandra, tu devrais vraiment consulter. Tes cauchemars reviennent de plus en plus souvent. Si je n’avais pas été là, tu te serais étouffée dans ton oreiller !

La jeune femme écarta enfin le drap fripé, se leva et se dirigea vers la salle de bain.

— OK, monsieur le rabat-joie ! Je prendrai rendez-vous !

Le contact de l’eau chaude dissipa le désarroi qui toujours persistait quand elle passait la nuit dans cet autre univers, rempli de chimères plus ou moins amicales. Pour éloigner cette impression et ce malaise face à ces rêves qui semblaient si réels, elle s’était imposée un rituel, se pincer pour s’assurer de son état de veille.

Propre et habillée, elle avala un café serré et partagea le croissant avec son fidèle Caboche, puis rejoignit l’enclos des tortues. Artémis, la femelle, avait pondu et d’un jour à l’autre les œufs devaient éclore. Sandra ne voulait à aucun prix rater cette naissance.

Elle dégagea donc les copeaux de paille autour du premier, et, sans prêter attention aux jappements de Caboche à qui le carré des reptilien s’était interdit, s’extasia devant la blancheur adamantine de la coquille

— Si tu es une fille je t’appellerai Athéna, habile guerrière. Et si tu nais mâle, ce sera Hermès le rusé.

Joignant le geste à la parole, elle effleura la surface lisse et immaculée de l’index. Un arc électrique bleu relia la gangue minérale à l’ongle de Sandra. Surprise, elle retira promptement le doigt, l’examina, ne vit aucune blessure. Elle reporta alors son regard sur l’œuf. Une sombre ligne brisée le parcourait à présent, qui se transforma en fêlure puis en fracture. Un éclat se détacha et un minuscule appendice nasal apparut. Sandra s’émerveilla de la ténacité de l’animal, qui coup après coup, cassait la carapace d’ivoire qui l’avait jusque-là abrité et nourri, mais qui pouvait devenir prison létale s’il ne s’en échappait pas maintenant. La frimousse préhistorique pointa entièrement hors de l’œuf.

Envie de lire d'autre choix cliquer sur le lien ci-dessous

http://auteurs-d-occitanie.over-blog.com/search/catherine%20Barcelonne/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'ai adoré la nouvelle!
Répondre
E
Je suis ravie
C
Et si vivions dans un rêve que nous ne maitrisons pas?
Répondre
E
On ne maitrise pas toujours